Rubrique
Constances

C’est grave ou plus grave ?

Publié par Slimane Laouari
le 15.04.2019 , 11h00
2463 lectures
Ils n’ont rien compris. D’abord, l’Algérie leur demande de partir, ils lui proposent des… solutions. On n’a même plus besoin de leur rappeler qu’ils sont mal placés en l’occurrence, puisqu’ils sont le problème ! Oui, dans cet espace, on n’a pas de problème pour se répéter. Quitte à être parfois lassant, c’est tout de même mieux de se répéter que de se renier. La dernière, la plus fraîche en termes d’actualité, c’est ce trio de ministres partis en « visite de travail et d’inspection » à Béchar. On aura remarqué que même la terminologie n’a pas changé. On aurait pu faire l’impasse sur la terminologie, pas sur le reste, c’est-à-dire sur l’essentiel. Il y avait le ministre de l’Habitat. On l’a mal conseillé, puisqu’on lui a dit que les Algériens, mal ou pas du tout logés, étaient capables de tous les alignements, tous les apaisements, tous les compromis, sinon toutes les compromissions. On a vécu ça et « ils » pensaient que c’était un acquis irréversible. Il a été long et douloureux, le moment de détresse insurmontable où les Algériens, par on ne sait quel tour de magie, ont fini par croire qu’ils n’étaient finalement qu’un « tube digestif ». Ne l’avaient-ils pas seriné à l’envi, un peu comme on se tire une balle dans la patte, quand l’heure n’était pas à se faire violence ? Il y a eu le ministre des Ressources en eau, pour des inaugurations de bric et de broc. Et enfin le ministre de l’Intérieur qui n’a rien dit, avant de menacer : l’Etat va veiller à la sécurité et la stabilité du pays ! Ils n’ont rien compris. Ils sont partis à Béchar parce qu’ils fonctionnent encore avec de vieilles certitudes qu’ils ont usinées tout seuls. Celles qui surfent entre l’apaisement légendaire des femmes et des hommes du Sud et, plus cynique, plus méprisant, les difficultés sociales d’une région, censée être plus « prenable ». Des difficultés dont ils sont les premiers responsables, si tant est qu’il est vrai qu’elles sont plus aiguës que dans le reste du pays. Alors, ils sont partis encore promettre des logements imminents et inaugurer quelques autres « projets ». Ils n’ont rien compris parce que le peuple de Béchar leur a dit d’emblée ce qu’il en pense : vous n’êtes pas les bienvenus parce que vous êtes des ministres illégitimes d’un gouvernement de… bric et de broc, formé comme une énième entourloupette face à l’Algérie en marche vers la dignité, vers la liberté, des termes qui ne sont pas encore intégrés dans votre logiciel. Ils n’ont rien compris parce qu’ils ont osé. Osé bloquer l’Algérie affluente vers son cœur battant sur des aires d’autoroute. Osé mettre en branle la grosse logistique policière pour atténuer l’ampleur du déferlement. Osé l’eau sale et les lacrymogènes dans le tunnel des Facultés. Osé les petites combines de lanceurs de pierres en service commandé et de barbus de laboratoire. Ils n’ont rien compris, c’est grave. Ou ils ont tout compris et ils s’enfoncent. C’est encore plus grave.
S. L.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 13-07-2019

Selon les communiqués de la justice
Ouyahia recevait des pots-de-vin des hommes d’affaires

Apprenant la nouvelle de son incarcération, le 12 juin dernier, Ahmed Ouyahia ignorait, sans doute, que son entrée en prison ne

2

Actualités 11:00 | 14-07-2019

COMMENT OUYAHIA, SELLAL ET CONSORTS VIVENT LEUR DÉTENTION
Les mystères d’El-Harrach

Le séjour carcéral des anciens ministres et hauts responsables détenus à la prison d’El-Harrach est l’un de ces «mystères» que les Algériens tentent continuellement de percer depuis un moment. Aux interrogations qui reviennent de manière régulière sur les réseaux sociaux, s’ajoutent