Rubrique
Constances

Chemin faisant

Publié par Slimane Laouari
le 23.09.2018 , 11h00
1735 lectures
Quelque part sur l’autoroute. Peut-être que c’était entre un panneau indiquant Baraki et une bonne femme syrienne faisant la manche sur l’asphalte parce que les «frères algériens » ne lui ont proposé que ça comme solidarité. Digression terminée, pour ne pas mettre le pied dans une autre histoire. Sur l’autoroute Est-Ouest, comme s’il y en avait une autre, entre la voie de droite et celle du milieu, se tenait un jeune homme. Il a trente ou quarante ans ? On ne sait plus, son visage était voilé par une barbe sans identité qui ruisselait trop sous le soleil pour indiquer un âge. Sérieusement, le bonhomme tenait un «fardeau» entre les jambes et droit dans les sandales, il proposait des bouteilles d’eau minérale aux automobilistes. Certains d’entre eux, apparemment trop sensibles pour les lieux et pour la situation, écarquillaient les yeux en sortant carrément la tête hors de la vitre. Pourtant, s’il y a des gens étonnés qu’on… soit étonné par le… spectacle, ils ne manqueront pas d’arguments. C’est que sur cette autoroute Est- Ouest qu’on appelle ainsi pour qu’elle ne soit pas confondue avec les nombreuses autres qui sillonnent notre vaste et beau pays, on aura tout vu et peut-être un peu plus. Reste-t-il alors de la place pour quelque surprise ? C’est possible. Un jeune homme, pas si jeune que ça, qui s’installe sur une ligne blanche séparant deux voies de circulation rapide pour vendre de la flotte par un temps de canicule de retour, ce n’est pas banal, il faut en convenir. C’est que les bouteilles n’étaient même pas fraîches mais ce n’est pas le plus drôle. A vrai dire, il n’y avait rien de drôle du tout, en l’occurrence. Plutôt périlleux, puisque le vendeur d’eau extraterrestre se retrouvait chaque fois pris en… sandwich entre deux véhicules dont les conducteurs devaient penser à tout au moment où ils arrivaient sur lui, sauf à acheter de l’eau ! On aurait pu penser que le vendeur d’eau, comme des milliers d’autres de sa condition qui vivent de bric et de broc a trouvé le petit «business » d’où tirer sa baguette quotidienne. Il fait chaud et sur l’autoroute, il n’est pas toujours évident de trouver de l’eau dans des conditions normales, humaines, pour le voyageur. Le vendeur d’eau, on craignait plutôt pour sa vie à l’instant où on l’aperçoit sur l’asphalte entre un bolide et un mastodonte. L’histoire a fini par révéler son mystère, il est venu proposer ses bouteilles aux retraités de l’armée poussés à bloquer l’autoroute parce qu’ils ne pouvaient pas exprimer leur colère dans des conditions… normales, humaines. Quand les gendarmes avaient «dégagé les insurgés», la circulation s’est fluidifiée et il ne restait que des automobilistes dans leurs automobiles. Pressés d’arriver après avoir trimé des heures durant, ils écrasaient leurs pédales. Seul l’extraterrestre avec son fardeau entre les jambes pouvait ralentir leur cadence.
S. L.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Périscoop 11:00 | 12-12-2018

Le local de Chikhi «le Boucher» et la banque privée

Une banque privée occupe un grand local situé à côté du stade Benhaddad de Kouba. Ce local appartient à... Kamel Chikhi. Jusqu’ici, on ignore si ce bien a été répertorié par la justice pour

2

Actualités 11:00 | 10-12-2018

Présidentielle 2019
Le communiqué déroutant de la coalition

L’instance de coordination de la coalition présidentielle, que composent les quatre partis que sont le Front de libération nationale, le Rassemblement national démocratique, le Mouvement populaire algérien et le parti TAJ, a tenu, hier, au siège du RND à Alger, sa deuxième réunion depuis la création