Voir Tous
Rubrique
Constances

Il y a des gens qui travaillent

Publié par Slimane Laouari
le 09.04.2020 , 06h00
1467 lectures
Dans notre nouvelle vie, on commence à oublier beaucoup de choses. D’avoir renoncé à une multitude d’habitudes qui rythmaient notre quotidien, d’avoir remisé des réflexes et des caprices, nous avons parfois poussé les choses jusqu’au bout, parfois par inattention, souvent par facilité et à des endroits par résignation. Et si nous n’avons pas oublié que la vie continue, on oublie parfois que si elle … continue, c’est qu’elle ne le fait pas toute seule. Ce sont les femmes et les hommes, par leur action de tous les instants, qui font que nous sommes encore là, l’attente dure mais l’espoir tenace à patienter, à attendre que tout ça finisse pour que tout reprenne comme avant.
A tout seigneur tout honneur, jamais le corps médical n’a été autant au centre de toutes nos sollicitudes. Hommages mérités, portraits coup de cœur, solidarités réconfortantes envers les médecins, les infirmiers et agents de service sont unanimement exprimés tous les jours, partout et dans toutes les formes. Les médecins soignent, soulagent et donnent du réconfort moral et dans une pandémie, il est normal qu’ils soient au-devant de la scène. Eux, ils n’ont rien demandé, ils travaillent. Beaucoup plus que par le passé, beaucoup plus dangereusement mais ils disent qu’ils ne font que travailler. Il y en a d’autres. Si dans notre tourmente, on ne se le rappelle pas toujours, on n’y pense pas spontanément, ça nous vient quand même à l’esprit à des moments de réflexion de tranquille lucidité. Il y a des commerçants qui ouvrent tous les jours leurs magasins. Il y a des livreurs qui approvisionnent les commerces. Il y a les pharmaciens pour les médicaments et les soulagements ordinaires. Il y a les éboueurs qui ramassent nos ordures, ils le font avec plus de régularité et de sérieux qu’avant. Il y a les agriculteurs et les éleveurs. Si les fruits, les légumes et les viandes n’ont jamais manqué depuis le début de cette saloperie, ce n’est pas par hasard, ce n’est pas seulement parce que les prix sont dissuasifs. Il y a les agents qui veillent à notre électricité, notre gaz et notre eau. S’il y des défaillances sur ce plan, elles ne sont pas plus graves que celles d’avant. Par endroits, on nous signale même quelques améliorations. Il y a les banques et la Poste qui fonctionnent comme en temps normal. Il y a des gens qui travaillent, il y a même des idées de nouveaux services dans la foulée de la… tourmente. On peut vous livrer vos courses à domicile à Alger et vous pouvez payer certaines factures par carte bancaire, comme chez Algérie Télécom. Il y a beaucoup d’autres qui travaillent. Ils sont nombreux, ils sont même l’immense majorité et dans des conditions pas toujours évidentes. L’oublier, c’est oublier que la vie continue.
S. L.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 06:00 | 31-05-2020

L’Algérie, une menace stratégique pour le rêve d’expansion impériale du Makhzen

«Les relations avec le Maroc sont anormales (…), même si les relations entre les deux peuples sont exemplaires.» On doit cette définition en forme d’aphorisme à

2

Actualités 06:00 | 01-06-2020

LA MESURE CONCERNE LES AFFAIRES DE CORRUPTION DÉFINITIVEMENT JUGÉES
Les biens saisis seront vendus aux enchères

L’Algérie s’apprête à enclencher officiellement le processus de récupération de l’argent détourné par d’anciens hauts responsables impliqués dans des affaires de corruption. Dans cette première étape, le recouvrement doit atteindre les 13 milliards de DA. Cette somme équivaut au montant évalué des deniers dilapidés uniquement par

3

Périscoop 06:00 | 01-06-2020

Accords à revoir

4
5

Ici mieux que là-bas 06:00 | 31-05-2020

Sexe, métal, pastis et Hirak