Voir Tous
Rubrique
Constances

La rue impatiente, pas pressée

Publié par Slimane Laouari
le 25.03.2019 , 11h00
1172 lectures

L’usure ? Il y a ceux qui en parlent en évoquant leurs appréhensions instinctives de voir la protestation finir par s’estomper dans la lassitude de la répétition. Il y a également ceux qui, par réflexe maladif, sont immédiatement dans l’analogie des expériences, dans l’historique jurisprudentiel et l’expérience infaillible. Pour ceux-là, non seulement la théorie politique dans le genre est du domaine de la certitude, mais les «exemples» qui ont permis de vérifier ça sur le «terrain» sont légion. Ils sont tellement pléthoriques que personne ne peut imaginer que la rue algérienne a une chance d’enterrer la thèse qui les a portés depuis tout ce temps où ils ont eu à fortifier  leur consécration. Il y a enfin ceux qui, par paresse intellectuelle, par paresse tout court ou à dessein, sont… pressés d’en finir ! Il y a enfin, tous ceux, sincères et engagés, veulent déjà dessiner une perspective politique à l’action populaire sans quoi toute cette formidable mobilisation, cette détermination et cette clarté dans le discours comme dans les objectifs, manqueraient de sens. Tous ces gens, s’ils diffèrent dans leur regard sur les choses et la nature de leurs motivations, partagent la même erreur d’appréciation. Il n’y a aucune raison de se précipiter. Ni pour structurer un mouvement qui est encore loin d’avoir fait émerger des leaders représentatifs de ses projections, ni pour lui donner d’autres formes d’action, celles dans lesquelles il s’est installé ayant donné toutes les garanties à son aboutissement. Il n’y a qu’à apprécier déjà son évolution en quantité et en qualité, les ruptures politiques qu’il a charriées, les mutations culturelles qu’il a générées et les doutes qu’il a installés dans l’autre camp pour se convaincre qu’il est sur la bonne voie. Nous avons même eu à vérifier, plus d’une fois, que c’est plutôt le pouvoir qui est pressé d’aller sur «un autre terrain» et d’y travailler parfois dans les soubresauts du désespoir. Parvenu au seuil critique de l’incapacité à former son «gouvernement de compétencesnationales», impuissant à garrotter les flots de défections dans ses propres rangs et paniqué par les premiers grands déballages, il en est à installer ses décibels à folklore dans des maisons feutrées pour tenter de perturber la marée populaire, sereine dans sa résolution. Et pour ceux qui insistent sur la menace de l’«usure», cette photo d’une jeune fille belle comme le jour, postée par un jeune manifestant, accompagnée d’une légende de génie : «S’il te plaît Bouteflika, ne parts pas tout de suite, j’ai envie de la (la fille) revoir vendredi prochain» !
S. L.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 05-05-2021

Le foncier au cœur d’un grand scandale

De sources très bien informées, on apprend que de lourds dossiers, une quinzaine, liés au foncier seront bientôt traités par la justice. Ces affaires de détournement de foncier découvertes suite à des

2

Actualités 11:00 | 06-05-2021

Législatives 2017
Une nouvelle affaire pour Bedoui, Ould Abbès et Tliba

Les législatives de 2017 sont au centre d’une lourde procédure judiciaire en cours au niveau de la cinquième chambre du pôle spécialisé du tribunal de Sidi-M’hamed. Trois nouveaux noms sont venus s’ajouter cette