Voir Tous
Rubrique
Constances

La sortie d’un confiné discipliné

Publié par Slimane Laouari
le 05.04.2020 , 06h00
1486 lectures

Il est huit heures du matin, il sait que beaucoup d’étals du marché sont encore fermés mais il sait qu’il va trouver l’essentiel. D’ailleurs, ça tombe bien parce qu’il ne met le pied dehors que pour ça. Sa devise en l’occurrence : aller dans des espaces ciblés avec précision en un minimum de temps, avec le moins de contacts possibles. Les « contacts », c’est vraiment une façon de parler, pour ne pas dire un abus de langage, puisqu’il est strict dans le respect de la distance vitale. Ça lui arrive même d’en faire un peu trop mais on n’en fait jamais trop avec les mesures de sécurité sanitaire.  Ce matin, il devait acheter des pommes de terre et un poulet. Il va les chercher chez les deux « matinaux » du marché. A cette heure de la journée, il n’y a vraiment pas foule et ceux qui sont là sont ceux qui observent le plus les précautions de rigueur, marchands et clients confondus. Du marché, il va directement régler sa facture ADSL à l’agence d’Algérie Télécom du coin. Là, c’est un peu plus compliqué mais ce n’est pas grave, il suffit de s’y mettre. Devant le portail fermé, il y avait une vingtaine d’abonnés qui attendaient l’ouverture. Certains étaient un peu courroucés, visiblement pas au courant des nouveaux horaires qu’ils découvrent dans l’affiche collée sur la devanture. L’essentiel des présents y viennent pour la première fois depuis que « les choses sont devenues sérieuses ». Désormais, ça ouvre à 10 heures et ça travaille jusqu’à 14 heures. Ça discute à distance respectable. Lui est resté dans sa voiture. Ici, il y a de l’espace pour se garer, maintenant plus qu’avant. Les employés sont arrivés à l’heure et avant d’ouvrir le portail ils avertissent : « On va distribuer des jetons, puis on fera entrer deux personnes à la fois .» C’est correct, il n’y avait qu’une vingtaine de clients et puis régler une facture, ça ne prend plus beaucoup de temps, maintenant que tout est informatisé. Il a eu le numéro 16. Alors, il s’est dit qu’il avait le temps d’aller faire un plein d’essence dans une station toute proche. Il y avait de l’essence et l’agent de service lui a signifié qu’il n’avait pas à descendre de son véhicule, il s’occupe de tout. Il paie et rejoint l’agence d’Algérie Télécom, il attend encore un bon quart d’heure et c’est son tour. Vite fait, bien fait. Sur le chemin du retour, il y a une pépinière. Deux hommes aux allures de braves paysans dont la terre est chevillée au corps s’affairent autour d’une multitude de pots. Notre confiné a pensé à acheter un géranium. Ça fait un moment qu’il y pense en se demandant pourquoi il n’avait pas de géranium dans son balcon fleuri. C’est pourtant très prisé, le géranium. Alors il s’est arrêté pour s’en payer un. Pas de problème de distanciation à la pépinière, c’était grand et les deux braves sont heureux de le regarder et de lui parler à plusieurs mètres. Son pot dans le coffre, il prend la route de chez lui. Chemin faisant, il s’est demandé, sans savoir pourquoi, s’il y avait une vie sans internet et sans géranium. Il a trouvé cette réponse un peu commode mais tellement vraie : il y a une vie en combattant la mort. La mort viendra, mais le plus tard sera le mieux. Alors, il faut la repousser avec toute son énergie.
S. L.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 06:00 | 01-06-2020

LA MESURE CONCERNE LES AFFAIRES DE CORRUPTION DÉFINITIVEMENT JUGÉES
Les biens saisis seront vendus aux enchères

L’Algérie s’apprête à enclencher officiellement le processus de récupération de l’argent détourné par d’anciens hauts responsables impliqués dans des affaires de corruption. Dans cette première étape, le recouvrement doit atteindre les 13 milliards de DA. Cette somme équivaut au montant évalué des deniers dilapidés uniquement par

2

Périscoop 06:00 | 01-06-2020

Accords à revoir

De source sûre, nous apprenons qu’un groupe de travail de haut niveau a été mis en place et a pour mission de «revoir» l’ensemble des accords commerciaux avec la France. Une révision, affirme notre source, qui concernera