Voir Tous
Rubrique
Constances

Les 4 samedis

Publié par Slimane Laouari
le 04.04.2020 , 06h00
1152 lectures

La semaine a été vraiment pénible. Comme si le coronavirus et tout  ce qui l’accompagne comme horreurs ne suffisaient pas, les Algériens doivent maintenant et encore se farcir Bonatiro. La maladie mortelle qui rôde, le confinement utile mais tout de même dur, les privations de toutes sortes, l’angoissante incertitude sur la durée que prendra cette terrible épreuve, l’angoisse tout court de chaque instant, les recommandations strictes et beaucoup d’autres épreuves à surmonter, c’est vraiment pénible mais on s’en sortira, avec le moins de malheurs et de séquelles possibles si tout le monde y met du sien. Mais comment en finir avec un charlatan qui passe maintenant au stade de la démence clinique et trouve encore des oreilles attentives et, plus grave, s’adresse au ministère de la Santé et… l’Institut Pasteur ?
La semaine a été pénible. A la suite de Bonatiro, un autre, un autre charlatan vient de se distinguer du côté de Laghouat. Aussi prétentieux que culotté, le gus s’adresse dans un courrier « officiel » aux autorités sanitaires de la région pour leur signifier que l’eau de Bir Zemzem est l’unique remède-panacée au coronavirus et à toutes les autres maladies d’ailleurs. Comme pour Bonatiro, c’est quand même préoccupant qu’une réponse ferme, donc rassurante, ne soit jamais venue des pouvoirs publics.
La semaine a été pénible. Un document qui circule sur le net, avec signature et cachet, informant les avocats de Constantine que leur … quota de semoule est disponible. Les « robes noires » de l’Antique et illustre Cirta sont ainsi invitées à aller se ravitailler, après leur avoir indiqué l’endroit, le prix (préférentiel) et les jours ouvrables pour l’acquisition du précieux produit. Triste, vraiment triste, rien à dire de plus.
La semaine a été moins pénible. Plus personne n’accorde le moindre crédit au sieur Bonatiro qui a eu quand même ses heures de gloire et sa galerie. Plus personne ne s’offusque d’entendre que l’eau de Bir Zemzem, c’est de… l’eau alors que ce n’était pas du tout acquis. Dans cette terrible épreuve, la rationalité gagne du terrain et c’est une autre victoire à comptabiliser, quand on aura triomphé de la saloperie.
La semaine a été pénible. La solidarité nationale, l’union sacrée, la mobilisation contre l’ennemi commun qui menace la vie de tous n’empêchent certes pas d’être critique avec le pouvoir politique qui ne nous a malheureusement pas toujours rassurés dans les épreuves difficiles mais en l’occurrence, la retenue et l’effort dans l’appréciation doivent être un souci de tout instant. Les gouvernants ne font peut-être pas tout ce qui doit être fait dans le combat contre le coronavirus. Mais sur bien des questions, ceux qui les accablent ne sont pas des exemples de responsabilité. Les arguments qu’on oppose au pouvoir sur la question des « médecins chinois », la disponibilité des produits alimentaires et du carburant, la communication sur le nombre d’Algériens atteints de la maladie et des décès, sont rarement des exemples de pertinence.
S. L.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 06:00 | 01-06-2020

LA MESURE CONCERNE LES AFFAIRES DE CORRUPTION DÉFINITIVEMENT JUGÉES
Les biens saisis seront vendus aux enchères

L’Algérie s’apprête à enclencher officiellement le processus de récupération de l’argent détourné par d’anciens hauts responsables impliqués dans des affaires de corruption. Dans cette première étape, le recouvrement doit atteindre les 13 milliards de DA. Cette somme équivaut au montant évalué des deniers dilapidés uniquement par

2

Périscoop 06:00 | 01-06-2020

Accords à revoir

De source sûre, nous apprenons qu’un groupe de travail de haut niveau a été mis en place et a pour mission de «revoir» l’ensemble des accords commerciaux avec la France. Une révision, affirme notre source, qui concernera