Rubrique
Constances

Makri, une grande ambition pour une petite

Publié par Slimane Laouari
le 02.09.2018 , 11h00
1603 lectures

Abderrezak Makri ne se pose plus de questions. Il a alors répondu à celles que personne ne s’est posées. Dans sa tête, les choses sont claires : il sera candidat à la prochaine élection présidentielle et pour cela, il fallait bien qu’il dise quelque chose qui suggère qu’il n’y va pas tête baissée, dans n’importe quelles conditions. Il a même déclaré à ceux qui veulent bien le croire qu’il était capable de compromis utile, voire d’altruisme, en s’effaçant devant la candidature d’une personnalité «consensuelle» de l’opposition. Histoire de ne pas s’arrêter en si bon chemin, il a même suggéré qu’il avait un projet, qu’il a par ailleurs esquissé dans une succession de lieux communs qui, même fardés, rappellent pourtant les professions de foi, chers à sa «famille» politique. Admirons :
«Durant le premier mandat, on fera de l’Algérie une destination touristique attrayante et une plaque tournante des services bancaires et financiers. Air Algérie va rivaliser avec Turkish Airlines, Emirates Airlines ou encore Qatar Airways. Lors du deuxième mandat, on fera en sorte d’assurer la sécurité alimentaire du pays. Des pays moins nantis que le nôtre comme l’Afrique du Sud ou le Brésil l’ont fait, on le fera nous aussi. Et dans 20 ans, si les Algériens adoubent notre candidat, on fera entrer l’Algérie dans le club des 20 plus grandes puissances économiques au monde. La réussite, c’est possible, l’échec, la corruption, l’incompétence, la dépendance au pétrole ne sont pas une fatalité... » On l’aura remarqué sans effort de décryptage, si le MSP, à Dieu ne plaise, parvient aux affaires, il compte bien y rester. Et il n’y va pas de main-morte quant à la durée de son règne : 20 ans au bas mot ! Puisqu’on ne peut pas le soupçonner d’avoir planifié une certaine similitude pleinement dans l’actualité, l’islamiste du MSP aura donc besoin de quatre mandats pour nous faire goûter au bonheur de l’avoir choisi, avant de nous inviter à un... cinquième mandat qui ne sera que pure formalité, son passage au pouvoir suprême étant forcément un exemple de réussite !  Mais avant d’en arriver là, il propose d’abord, sur un ton d’une effarante prétention, qu’il soit adoubé par «l’opposition» qu’il met avec une épatante discourtoisie au défi de formuler un projet et un homme alternatifs. On aura également retenu de son propos la façon expéditive avec laquelle il a évacué les questions qui font le plus débat. La candidature possible du chef de l’Etat en exercice qui ferait du scrutin une énième formalité, l’éventualité d’un autre candidat du système promise aux mêmes résultats et enfin l’improbable, mais en débat, période de transition.
Mais s’il n’est pas une lumière, Makri ne manque pas pour autant de roublardise et c’est suffisant pour sa petite ambition. Il se pourrait même qu’il ne s’agisse que de cela.
S. L.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Périscoop 11:00 | 16-06-2019

L’ombre pesante de Ammar Saâdani

La guerre fait rage au FLN autour de la constitution du futur bureau politique. Même au sein de l’équipe qui a porté Mohamed Djemaï à la tête du parti et dont les principaux leaders, comme Ahmed Boumehdi,

2

Actualités 11:00 | 15-06-2019

Haddad et Tahkout font tomber Sellal et Amara Benyounès

Les évènements se sont accélérés de manière incroyable depuis mercredi. Deux anciens chefs de gouvernement et un ancien ministre et chef de parti ont été placés en détention en l’espace de quarante-huit heures. D’autres affaires liées

3

Périscoop 11:00 | 18-06-2019

Air Algérie a trouvé la solution

4

Périscoop 11:00 | 17-06-2019

L’intrigante éclipse de Ghoul

5