Rubrique
Constances

RND : machine électorale ou machine infernale ?

Publié par Slimane Laouari
le 24.02.2020 , 11h00
937 lectures

Il y a parfois des coïncidences tellement saugrenues et contre-nature qu’on s’en passerait volontiers mais on ne peut rien contre les hasards du calendrier. Il paraît que le premier anniversaire du soulèvement populaire « tombait », pour reprendre une expression du terroir, avec le… jour de la création du RND, il y a 23 ans ! Et pendant que le pays était dans la rue, tenace dans ses objectifs et festif dans sa célébration symbolique, on pensait que le RND était… à la rue. Enfin, au moins suffisamment pour que ses responsables se fassent petits et rasent les murs, en attendant qu’ils passent définitivement à « autre chose ». Or, par manque de réalisme ou parce que tentés par la provocation, c’est ce jour-là que Mihoubi a choisi pour convoquer une réunion organique où il était question, rien que ça, d’une entreprise de renouveau qui ferait table rase du passé. Un passé qui, manifestement, n’est pas si encombrant que ça aux yeux de l’état-major du FLN cloné au rabais. La rue l’a quasiment oublié, tellement elle est dans les… choses sérieuses. Alors que le peuple de la protestation ne lui accorde même plus l’honneur de figurer dans sa liste de « têtes de turc », n’en fait même pas un punshing-ball, le RND s’installe dans  d’ahurissantes prétentions. On sait que Mihoubi est à la politique ce que Sellal est à l’humour mais on pensait qu’il devait au moins savoir ce qu’est une « machine électorale ». A sa décharge, ce n’est pas lui qui a inventé ça, il l’a seulement intégré, à force de l’avoir lu et entendu. Alors, pour convaincre ses ouailles et peut-être bien au-delà, que le RND a encore un avenir, voilà sa trouvaille de génie : déserter le statut de « machine électorale » et partir à la conquête de la… légitimité populaire, le new look en bandoulière et la fleur au bout du fusil ! Parce que s’il y a encore quelqu’un qui en doutait, Mihoubi lui rappelle que le RND… gagnait des élections. Il veut changer son parti mais il n’est pas question de toucher à son vertueux parcours où il enchaînait les succès grâce à son projet, à son discours et à la qualité de ses hommes. On allait même oublier que les élections où le RND avait triomphé étaient un modèle de régularité et le pays une démocratie exemplaire. Même pas besoin de se rappeler que l’homme qui a le plus incarné ce parti est à El-Harrach. L’intérimaire du RND nous dit qu’il est possible de « rompre avec les pratiques du passé » sans nous dire lesquelles et sans en évoquer l’homme emblématique ! Et dans cette arrière-pensée suggérée par la « rupture », on veut aussi faire croire que le RND est au bout de ses… casseroles. C’est loin d’être évident et c’est Mihoubi lui-même qui nous le rappelle : il faut qu’on arrête d’être un comité de soutien, a-t-il dit. Justement, les casseroles les plus bruyantes n’auraient jamais été possibles sans cela. Et personne n’est assez dupe pour croire qu’Ouyahia a tout pris de la logistique partisane d’accès à la rapine.
S. L.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 06:00 | 28-03-2020

Le forcing de madame Sellal

L'épouse de l'ancien Premier ministre, Abdelmalek Sellal, multiplie les contacts dans l'espoir de voir son époux et son fils quitter la prison. Farida Sellal s'appuie sur la récente recommandation de l'ONU,

2

Périscoop 06:00 | 31-03-2020

Air Algérie parmi les grands perdants

L’International Air Transport Association (IATA) estimait, au 11 mars, les pertes collectives en recettes des compagnies africaines à environ 4,4 milliards de dollars à cause du coronavirus. Désormais, les