Rubrique
Constances

Un jour, un délire

Publié par Slimane Laouari
le 06.12.2018 , 11h00
1012 lectures

Ce matin, Houcine s’est réveillé en forme. Bien sûr, il a trouvé ça louche. Parce que, normalement, les lois de la physique ont réglé la question : ou on se réveille à Ouled Fayet ou on se réveille en forme, les deux à la fois, ce n’est simplement pas possible. Houcine ne s’est jamais réveillé en Suisse. Il a pourtant été plusieurs fois à Berne où habite son frère dont il ne sait plus s’il a fui la justice ou l’injustice de son pays. Mais quand il est en Suisse, Houcine ne dort jamais, d’où l’impossibilité de se réveiller. Sa religion est faite là-dessus : on ne va pas en Suisse pour dormir. Pour roupiller, en silence ou en ronflant, il y a mieux : l’Algérie… berceau de l’humanité bien avant l’avènement de la couette, bien avant les découvertes archéologiques de Aïn Lahnèche et bien avant la révélation de l’homme au marteau de Aïn-el-Fouara. 
Quand il avait entendu le maire d’Ouled Fayet dire qu’Ouled Fayet était mieux que la Suisse, Houcine avait songé à appeler son frère de Berne pour lui dire de rentrer. Mais à ce moment-là, il ne savait pas si le maire de son… pays parlait sérieusement. En arrêtant de penser et de se poser des questions, Houcine s’est rendu compte qu’il était toujours en forme et il a commencé à s’inquiéter sérieusement. Il s’est dit qu’il y avait peut-être un tremblement de terre qui se préparait puis il s’est rappelé qu’il n’y avait plus de vin à Chlef. Houcine a toujours en tête le séisme d’El-Asnam depuis devenu Chlef, du nom du lac Léman. La terre avait violemment tremblé parce que les Asnamis arrosaient leur couscous avec du coteau de Tlemcen qu’ils mangeaient en buvant du Château Télagh. Il a ensuite pensé aux Kabyles qui bouffent le Ramadhan, autre source inépuisable de folie meurtrière pour les plaques tectoniques. Houcine mesure à quel point il est aussi pénible de se réveiller en forme à Ouled Fayet que de se mettre au lit en Suisse. Il a pensé à se rendormir pour espérer un réveil moins dur. Le bon réveil légendaire d’Ouled Fayet, tout en courbatures, tout en nausées, les yeux bouffis et la tête explosive. 
De nouveau allongé, la zappette en main parce qu’il n’y a pas mieux pour appeler le sommeil, il tombe sur une chaîne d’info continue qui lui apprend que Belkhadem est revenu. Houcine pensait que Belkhadem était mort, il est donc revenu d’outre-tombe, ce qui est une punition divine plus douloureuse qu’un tremblement de terre. Avant de retrouver le sommeil salvateur, il s’est rassuré en se disant que s’il n’est pas mort, il ne peut pas revenir. Il n’est donc jamais parti.
S. L.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Contribution 11:00 | 19-08-2019

L'ère Bouteflika ou la trahison de serment

Depuis son accession à l'indépendance, l'Algérie a connu sept présidents de la République et chefs d'Etat ainsi que quarante-trois gouvernements qui ont successivement assuré la direction et la gestion du pays. Confrontée aux multiples défis

2

Actualités 11:00 | 20-08-2019

Projet Peugeot Citroën en Algérie
PSA réaffirme ses engagements

La situation de blocage et d’incertitude qui pèse sur le secteur automobile en Algérie, suite aux nombreuses arrestations de patrons d’usines d’assemblage de véhicules, a soulevé quelques appréhensions sur l’avenir de certains projets en cours de