Rubrique
Contribution

Propositions pour l’approfondissement du Hirak

Publié par LSA
le 13.05.2019 , 11h00
1123 lectures

Malgré les nombreux et importants résultats obtenus depuis le 22 février, le dégagisme ne pouvait constituer à lui seul un programme permettant de construire la nouvelle Algérie. D’où le questionnement qui se fait jour dans la société. 
En complément des idées contenues dans les articles «La sagesse vient du Sud» ; «Vents du nord, vents du sud» ; «Fake News et désinformation» ; «Le démocratisme ou le fascisme rampant» et Ramadhan 2019, voici quelques propositions susceptibles de donner un second souffle au Hirak. Le risque d’infiltrations, de manipulations, de détournements du mouvement par la contre-révolution est grand si l’on s’en tient aux seuls réseaux sociaux et autres officines. Aussi est-il nécessaire et urgent de faire appel au peuple pour la désignation de ses représentants légitimes. 

Élections de délégués
Cela peut se faire au niveau de chaque daïra par l’élection de deux délégués et dont le collège constituerait le Conseil de transition de wilaya (CTW) qui désignerait un de ses membres pour le représenter au niveau du Conseil de transition national (CTN). La diaspora algérienne élira 7 délégués : France et Europe occidentale : 3, Canada : 2, USA : 1, Monde arabe : 1. On aurait ainsi 55 délégués élus. Les organes représentatifs suivants désigneraient leurs délégués au CTN : ministères de la Défense nationale et Affaires étrangères (MDNAE) : 5, Justice (pénal, civil, administratif, militaire, Cour des comptes) : 5, enseignement (primaire, secondaire, technico-professionnel, Supérieur scientifique, Supérieur artistico-littéraire) : 5, médecine : 5, économie et finances : 3, industrie et mines : 5, agriculture, eaux et forêts et pêches : 5, société civile : 7. 
Le CTN procédera en plus à la désignation de 10 personnalités éminentes supplémentaires d’où un total de 105 membres et l’on veillera à une représentation la plus équitable possible des milieux socio-professionnels du pays avec des nouvelles têtes à l’exclusion des vieux routiers qui ont fait toute leur carrière sous l’ère Bouteflika (politiques, syndicalistes, avocats, journalistes...). 

Date d’élection des délégués
Il est raisonnable de proposer l’élection des délégués de daïra soit le 1er ou le 2e vendredi après l’Aïd El-Fitr. Sont inéligibles les condamnés de droit commun, les personnes coupables de crimes de sang même amnistiés, pour corruption et dilapidation des deniers publics, les traitres, les séditieux, les bi, tri-nationaux (question d’allégeance)...  Les candidats devront déposer en même temps que leur candidature une déclaration sur papier libre de leur patrimoine (comptes, mobilier, immobilier) auprès de la Cour des comptes pour éviter tout conflit d’intérêts et enrichissement personnel. 
Les magistrats, les huissiers et les personnalités intègres locales seront chargés de superviser la régularité et la transparence des élections des délégués. Dans l’intérêt des populations, les CTW pourront travailler avec les walis, les APW et les APC. 
Les manifestations du vendredi devront continuer pour interpeller les CTW et le CTN et seront aussi l’occasion de rédiger les cahiers de doléances transmis aux CTW puis au CTN, lequel nommera des commissions d’experts pour leur traitement en vue de formulation de propositions de lois. 

Le Conseil des sages
Le CTN désignera en son sein un exécutif de 15 membres pour former un Conseil des sages, chacun révocable par vote (55 voix sur 105). En plus du président n’appartenant pas au MDNAE, le Conseil sera constitué comme suit : 1er vice-président : délégué du MDNAE, 2e vice-président : délégué de la justice, 3e vice-président : délégué enseignement 4e vice-président : délégué médecine, 5e vice-président : délégué économie et finance, 6e vice-président :  délégué industrie et mines, 7e vice-président : délégué agriculture, eaux et forêts et pêches. 

Compétences du Conseil des sages
Le Conseil des sages est seul habilité à discuter avec le MDN, le gouvernement pour assurer  la transition dans de bonnes conditions (date des élections, commission électorale, candidats à la présidentielle...) et il aura la main conjointement avec le MDN sur la police et la Gendarmerie nationales (manifestations, troubles, sécurité, infiltrations...). 
Les décisions les plus importantes du Conseil des sages seront soumises au CTN pour vote et approbation. 
Les services d’espionnage et du contre-espionnage seront du seul ressort du MDN jusqu’à l’élection du président de la République. 
Le 1er vice-président du Conseil des sages aura droit de véto sur toute décision relative à la sécurité et à l’intégrité nationales, les Affaires étrangères, les attributs et structures de l’Etat, le drapeau national. 

L’Ombudsman
Le Conseil des sages nommera un Ombudsman parmi les membres du collège Justice autre que le 2e vice-président ou à l’extérieur du CTN pour la défense des droits des citoyens et assurer l’indépendance de la justice pendant toute la période de transition. 
La fonction d’Ombudsman sera supprimée ou maintenue après bilan par la Constituante. 
Le président de la République étant élu, le CTN se sabordera et se renouvellera avec des membres ayant fait leurs preuves à l’échelle du pays durant la phase de transition pour constituer la Constituante de la 2e République algérienne. Ne pas confondre vitesse et 
précipitation. 
M. B.
madanibouabdallah@hotmail.fr

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Périscoop 11:00 | 16-07-2019

Des gendarmes chez Houda Feraoun

Dans les couloirs du ministère de la Poste et des Télécommunications, on ne parle plus que de la récente visite de gendarmes au siège du département de Houda Feraoun. Les gendarmes auraient remis aux services du

2

Actualités 11:00 | 16-07-2019

MARCHÉ PARALLÈLE DE LA DEVISE
L’euro repart à la hausse

Le taux de change de l’euro au marché noir connaît des perturbations ces derniers jours. Après une inattendue et importante baisse enregistrée il y a deux semaines, ce taux a repris une tendance vers la hausse au square Port-Saïd à Alger, «bourse» informelle