Voir Tous
Rubrique
Contribution

Quelques remarques sur les mémoires de Bentobbal

Publié par LSA
le 22.11.2021 , 11h00
3484 lectures
Par Ali Chérif Deroua
Après 35 ans d'attente, le premier tome des mémoires de Bentobbal est sorti. Le première réaction que j'ai eue en entamant la lecture de ce livre porte sur le terme «Avertissement» au lieu de prologue, avant-propos, préface ou introduction. Ce terme a attiré mon attention et m'a poussé à lire attentivement le contenu de cet «Avertissement». C'est ainsi que je me suis focalisé sur un paragraphe avec un terme (traduction) équivoque. Au lecteur et surtout à ceux qui s'intéressent tout spécialement à l'histoire de notre pays, je suggère de lire attentivement et tout particulièrement ce paragraphe : «Tel qu'il apparaît dans sa forme définitive actuelle, ce volume est la TRADUCTION la plus fidèle et la plus exacte possible de la pensée et de l'action de S. L. Bentobbal sans aucune adjonction dans le texte initial, et sans interprétation de quelque nature qu'elle soit de notre part.» Dans cette phrase le terme «traduction» peut être interprété différemment et, par voie de conséquence, le contenu du livre risque d'être lu, interprété ou exploité à des fins autres que l'écriture de l'Histoire.
Je m'abstiens de commenter le contenu de ce livre pour la simple et unique raison qu'il a été l'objet d'un différend ou litige entre Si Abdallah Bentobbal puis de sa famille et l'auteur ou les auteurs de la retranscription du témoignage de l'un des plus illustres dirigeants de la Révolution algérienne, et ce, d'autant plus qu'il nous a quittés depuis plus de 11 ans.
Toutefois, je relève dans l'intérêt de l'Histoire deux faits qui méritent d'être éclaircis une fois pour toutes dans l'intérêt de notre jeunesse désemparée mais avide de connaître la réalité et la vérité historiques de notre glorieuse Révolution.
1 - Dans ce livre, pages 146 et 147, la liste des 22 est de nouveau changée avec le remplacement de Abdelkader Lamoudi par Youcef Haddad. J'espère que cette nouveauté sera facilement résolue. À ce titre, je m'adresse à notre cher Si Athmane Belouizdad, le seul survivant des 22, pour clore définitivement ce chapitre. Je l'adjure, je l'implore de le faire tout en lui souhaitant santé et longue vie. De grâce, faites le, cher Si Athmane. L'Histoire vous en sera reconnaissante.
2 - Sur la page 312, il est écrit concernant le Congrès de la Soummam : Krim présidait les débats. À ma connaissance, tous ceux qui ont écrit sur le sujet ont témoigné que c'était Larbi Ben M’hidi qui en était le président.
À ce titre, j'ai moi-même écrit à ce sujet. Au citoyen algérien qui s'intéresse à l'histoire de son pays, je recommande la lecture de cette contribution parue sur le journal l'Expression du 18 août 2007, sous le titre «Le Congrès de la Soummam autrement vu», dans laquelle j'ai écrit textuellement : «La Réunion était présidée par Larbi Ben M’hidi. La fonction de secrétaire a été tenue par Abane Ramdane.» Donc du vivant de Si Abdallah. Mieux, quelques jours plus tard, je suis allé saluer Si Abdallah avec un ami commun Si Brahim Chibout, ancien commandant de la Wilaya 2, ancien ministre des Moudjahidine, pour écouter ses commentaires. Il m'a remercié pour l'article et m'a demandé de continuer d'écrire sur l'histoire de la Révolution algérienne. Repose en paix, cher Si Abdallah.
Cher lecteur, cher citoyen, jeunesse algérienne avide de connaître votre passé et tout particulièrement la glorieuse Révolution qui nous a permis de recouvrer notre indépendance, notre liberté, notre dignité, soyez vigilants dans la lecture ou toute autre source d'information concernant ces années fantastiques du 1er Novembre 1954 au 3 juillet 1962.
Vive l'Algérie. Gloire à nos martyrs.
A. C. D.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 01-12-2021

Tripoli au secours de Rabat
Grosses manœuvres contre l'Algérie

Des informations sensibles se bousculent depuis dimanche soir au sujet du retrait de la candidature de la Libye du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine (UA). Une manœuvre dangereuse liée de près aux desseins hostiles contre l’Algérie. Tout part d’une information diffusée dimanche soir par des médias proches du palais royal marocain qui livrent

2

Actualités 11:00 | 02-12-2021

C’ÉTAIT EN 1963, À JÉRUSALEM
Quand les juifs d’Algérie étaient jugés par Israël

Une histoire peu connue du public a lourdement entaché l’histoire de la communauté juive d’Algérie confrontée à un procès peu ordinaire pour ne pas avoir rejoint en masse Israël après l’indépendance de l’Algérie. C’était en 1963, à Jérusalem…