Urgent

  • Indonésie : le bilan du tremblement de terre s'élève à 318 morts
Placeholder

Rubrique Contribution

Tirer parti de l'agriculture intelligente face au climat (CSA) pour faire face aux risques climatiques

Par Nadjib Drouiche
L'agriculture n'est pas seulement l'un des principaux responsables du changement climatique, elle est aussi un élément-clé de la solution. Les agriculteurs du monde entier se lancent dans l'agriculture intelligente face au climat (CSA), qui est une nouvelle approche de l'agriculture visant à atteindre simultanément trois objectifs, désignés par l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) sous le nom de «triple gain». Il s'agit de : (i) augmenter durablement la productivité et les revenus agricoles ; (ii) s'adapter et renforcer la résilience au changement climatique ; (iii) réduire et/ou supprimer les émissions de gaz à effet de serre afin d'atteindre les objectifs nationaux de sécurité alimentaire et de développement.
Principalement basée sur l’utilisation de la technologie et des techniques agronomiques améliorées pour accroître la productivité des exploitations agricoles, il s'agit, par exemple, de l'utilisation de nouvelles variétés de cultures tolérantes à la salinité et résistantes à la sécheresse, l'utilisation de techniques nucléaires et isotopiques pour améliorer le rendement des cultures sur les sols salés. Un autre exemple est l'utilisation de stratégies de diversification des cultures et de techniques de gestion efficaces pour améliorer la qualité de l'eau et des sols.
Le smartphone peut également être utilisé pour fournir des données en temps réel sur les marchés et le climat pour aider les agriculteurs à prendre de meilleures décisions en matière de production et de commercialisation. Cette innovation numérique peut également faciliter l'utilisation des options de la CSA, comme l'agriculture de précision, pour améliorer l'irrigation et l'efficacité de la fertilisation.
De nos jours, environ 38% des terres de la planète sont utilisées pour l'agriculture, dont un tiers pour les cultures et le reste pour le pâturage du bétail. Et comme le secteur de l'agriculture contribue à hauteur de 23% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, ce qui les place en deuxième position derrière le secteur de l'énergie, il est évident que des changements doivent être apportés à la manière dont nous gérons nos terres et produisons nos aliments afin d’atteindre une neutralité carbone à moyen terme, tout en préservant notre alimentation et les moyens de subsistance des agriculteurs.
Une autre problématique touche le secteur de l’agriculture et menace d’accentuer les effets du changement climatique sur la sécurité alimentaire, il s’agit de la salinité des sols, un problème mondial, mais il est plus accentué dans les régions arides et semi-arides, c’est le cas des sols algériens qui font face aux répercussions du changement climatique, où les précipitations sont rares et ne sont pas uniformément réparties tout au long de l'année, et où les eaux souterraines sont principalement salines dans certaines zones du pays.
À l'échelle mondiale, 932 millions d'hectares de terres agricoles sont touchés par la salinité. En Algérie, 600 000 hectares, dont 18 000 situés dans la wilaya de Relizane, font face à ce phénomène. Par ailleurs, environ 2 000 hectares par jour de terres irriguées dans les zones arides et semi-arides de 75 pays ont été dégradés par la salinisation au cours des 20 dernières années.
L'Algérie subit des changements climatiques très évidents et le stress hydrique est le principal danger. En raison de ce changement climatique, le pays est confronté à un problème très grave de pénurie d'eau dans les régions à fort potentiel agricole. Il devient donc crucial de mettre en place une agriculture plus adaptée aux changements climatiques et d'utiliser des solutions technologiques plus avancées pour limiter l'effet du climat sur la production agricole. Dans cette optique, l'Algérie pourrait tirer profit de la CSA et relever le défi de la sécurité alimentaire.
Dans ce contexte d’agriculture intelligente, un projet pilote a été mené dans la wilaya d’El Oued pour l'utilisation durable de l'eau pour la production de pomme de terre, une wilaya connue comme la plus grande zone de production de pomme de terre du pays, dans laquelle les pratiques de culture de pomme de terre sont plutôt non durables ; produit de base le plus cultivé et dont la superficie totale est de 156 176 ha et une production annuelle de près de 5 millions de tonnes.
Dans ce projet, une situation réelle sur une ferme de démonstration de 5 hectares a été mise en place, visant à : l'introduction de la mécanisation à la plantation et à la récolte ; l'économie de l'extraction de l'eau et de l'irrigation par le suivi et le contrôle ; la réduction de l'empreinte de CO2 ; l'optimisation de l'approvisionnement en engrais et en pesticides ; l'introduction de meilleures variétés et le développement d'un plan national de déploiement à grande échelle. Les résultats obtenus ont montré une économie d'eau estimée à plus de 50% par l'introduction de la fertigation souterraine par le goutte-à-goutte.
En outre, les rendements en tubercules ont légèrement augmenté en automne en utilisant respectivement l'irrigation par pivot central et la fertigation souterraine.
L’agriculture intelligente face au climat a le potentiel d'accroître la résilience des agriculteurs algériens face au changement climatique, tout en contribuant à l'augmentation de la productivité et à l'atténuation du changement climatique. Cependant, pour que la CSA soit adoptée avec succès, des initiatives gouvernementales sont nécessaires pour développer le capital humain et augmenter le capital financier. Les capacités des agents de vulgarisation agricole doivent être renforcées pour leur permettre d'améliorer la formation et les compétences des exploitants agricoles en matière de CSA. Compte tenu de la nature de bien public de l'atténuation du climat, il serait intéressant qu’il y soit des incitations fiscales ou bien des subventions gouvernementales qui envisageraient la facilitation pour aider les agriculteurs pour l'achat d'intrants CSA.
Enfin, la volonté politique est essentielle au succès de la CSA, notamment en ce qui concerne les réformes en matière de législation et de stratégies de mobilisation des ressources matérielles.
N. D. 

https://thoughtforfood.org/content-hub/meet-humica-a-mexican-startup-on-a-mission-to-solve-climate-change-by-reviving-ancient-soil-tech/?gclid=EAIaIQobChMI3afE64uA-wIVBPhRCh3GQAJaEAAYAiAAEgItQPD_BwE
https://unfccc.int/blog/climate-smart-agriculture?gclid=EAIaIQobChMI3afE64uA-wIVBPhRCh3GQAJaEAAYAyAAEgJsCfD_BwE
https://www.elwatan.com/edition/economie/terres-agricoles-salines-lalgerie-recourt-a-lexpertise-chinoise-17-09-2016
https://acetforafrica.org/pdfviewer/leveraging-climate-smart-agriculture-address-climate-risk-africa/

Placeholder

Multimédia

Plus

Les + populaires de la semaine

(*) Période 7 derniers jours

  1. Lakhdar Belloumi (ex-milieu offensif international) : «Je ne vois pas le Sénégal battre l'Angleterre»

  2. JS Kabylie Amrani remercié, Miloud Hamdi nouvel entraîneur

  3. Bouira 16 élèves et leur enseignante sauvés in extrémis

  4. Décès du Général à la retraite le Moudjahid Mohamed Betchine

  5. Projet d'usine FIAT Algérie Stellantis signe le nouveau cahier des charges

  6. L’ancien ministre Abdelkader Kadi condamné à 12 ans de prison ferme

Placeholder

Urgent

  • Indonésie : le bilan du tremblement de terre s'élève à 318 morts