Rubrique
Corruption

Gouvernance et transparence dans la réforme prochaine des banques publiques

Publié par LSC
le 25.11.2019 , 11h00
215 lectures

«Nous avons entamé la réforme des banques publiques qui doit, impérativement, passer par la réforme de la gouvernance. Le programme de réforme va être mis en œuvre à partir du 15 décembre prochain», a indiqué jeudi dernier le ministre des Finances en marge de la cérémonie d'installation du nouveau président de la cellule de traitement du renseignement financier. Arrêté par le gouvernement, ce programme de réforme va être mis en œuvre à partir du 15 décembre prochain et sera finalisé lors des Assemblées générales, prévues en juin 2020, a expliqué le ministre. Cela va permettre, a-t-il poursuivi, d'impliquer «des administrateurs indépendants pour participer en tant que membres au sein des Conseils d'administration des banques publiques pour plus de transparence». 
Ces administrateurs, une fois sélectionnés, vont permettre, au sein des six banques publiques, d’asseoir une nouvelle gouvernance dans le cadre de la réforme des organes de gestion pour plus d’efficacité et plus de transparence, selon le ministre. 
La réforme des organes de gestion va également permettre de «mieux déterminer les responsabilités au sein de ces banques et, surtout, libérer l'esprit d'initiative chez les dirigeants», a-t-il soutenu.
LSC

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 07-12-2019

Bensalah prépare son retour

L’audience accordée jeudi dernier par le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, à son remplaçant au Sénat, Salah Goudjil, a été l’occasion, affirme-t-on de bonne source, de faire le point de situation au niveau de

2

Actualités 11:00 | 05-12-2019

Sellal au juge :
«J’ai signé sans savoir ce que je signais»

Second arrivé à la barre, Abdelmalek Sellal a répondu à toutes les questions qui lui étaient posées d’une voix inaudible. Contrairement à Ouyahia, son audition a duré moins de temps. Elle a porté sur les avantages accordés aux hommes d’affaires dans l’automobile mais également le financement occulte de la campagne électorale de Abdelaziz Bouteflika.