Rubrique
Corruption

Indice de compétitivité mondiale L’Algérie fait des progrès

Publié par LSC
le 12.03.2018 , 11h00
1380 lectures

L’Algérie occupait la 81e position dans le classement de la compétitivité des 131 pays, publié il y a 10 ans, en 2007, par le «Forum économique mondial».
Dans l’indice 2017-2018, la situation s’est améliorée, l’Algérie grimpe à la 86e. Cet Indice s’appuie sur 12 piliers de compétitivité, ce qui lui permet d’offrir une image complète de la compétitivité de pays se trouvant à des stades de développement différents. Il s’agit des institutions, de l’infrastructure, de la stabilité macro-économique, de la santé et de l’éducation de base, de l’éducation supérieure et de la formation, de l’efficacité du marché des biens, de l’efficacité du marché du travail, de la sophistication du marché financier, du développement technologique, de la taille du marché, de l’innovation et de la sophistication des activités commerciales.
L’Algérie avait obtenu la mauvaise note, notamment en matière d’efficacité du marché de la main-d'œuvre (classée à la 124e place), de sophistication du marché financier (127e rang), de développement technologique (105e position) et enfin de climat des affaires sophistiqué (114e place). En matière des institutions, l’Algérie occupe la 64e position, de l’infrastructure le 82e rang, de l’efficacité du marché des biens (92e), l’éducation supérieure et de la formation (94e). L’Algérie, par contre, est mieux notée concernant la stabilité macroéconomique (2e place) et la taille du marché (42e position).
LSC

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 22-09-2018

ALGER-PARIS
Nouvelles tensions diplomatiques

Irritée par les comportements de Paris, Alger a, à l'évidence, décidé de ne plus rester les bras croisés. Entre les deux capitales, la tension est désormais très perceptible, et l'Algérie est quant à elle bien décidée à crever l'abcès lors de la réunion de la Comefa qui

2

Actualités 11:00 | 23-09-2018

ALGÉRIE-FRANCE
Les clefs de cette nouvelle crise

Même si elle ne s’exprime pas encore officiellement, la colère gronde à Alger en raison des récents évènements survenus avec Paris. Le retrait des policiers chargés de la surveillance de notre représentation en France et les «révélations» de l’ancien ambassadeur français en Algérie ont jeté un froid sans précédent et soulevé un certain nombre d’interrogations. Dans ce contexte, la sortie médiatique de Bernard Bajolet est perçue comme l’un des faits les plus retentissants compte tenu de la quantité