Voir Tous
Rubrique
Corruption

Des mots pour le dire «Limiter l’impact létal du virus tout en nous préservant de catastrophes à venir d’une autre nature»

Publié par LSC
le 06.04.2020 , 06h00
336 lectures

«Il n’est pas absurde d’envisager que le coronavirus, son instrumentalisation par certains acteurs peu scrupuleux ou les mesures prises pour endiguer l’épidémie  puissent conduire à des révoltes, des coups d’Etat, voire des guerres. En somme, il est évidemment important d’écouter et de soutenir les médecins en période d’épidémie. Cependant, la seule logique sanitaire ne saurait guider l’action publique. Si les mesures de confinement venaient à être durcies et prolongées pendant plusieurs mois, les conséquences négatives, à long terme, pourraient excéder les bénéfices à court terme. Pour les dirigeants, il ne s’agit pas de choisir entre le coronavirus et d’autres maux  comme on aurait à arbitrer entre la peste et le choléra. L’objectif est de limiter l’impact létal du virus, tout en nous préservant de catastrophes à venir d’une autre nature. Le «en même temps » est, ici, un exercice périlleux mais indispensable.»

Lu dans Le Monde du  31 mars 2020 : «Agir sur d’autres leviers que la seule logique sanitaire» par Marc Hecker, directeur des publications de l’Institut français des relations internationales (Ifri) et chercheur au centre des études de sécurité de cet institut.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Femme Magazine 06:00 | 02-06-2020

Bien-être
3 Remèdes naturels efficaces contre la transpiration

L’été arrive et on a tendance à transpirer davantage. Cependant, la transpiration excessive peut être très désagréable et même gênante. Voici comment lutter contre la transpiration de manière naturelle.

2

Actualités 11:00 | 04-06-2020

Les avocats réclament la présence de Bedoui et Saïd Bouteflika au procès de Hamel
L’ombre des grands absents

L’ombre des absents plane lourdement dans la seconde partie du jugement de Hamel et de ses trois fils. En dépit de l’insistance du collectif de défense des prévenus, Saïd Bouteflika et Nourredine Bedoui n’ont pas comparu durant les deux