Rubrique
Corruption

Nouveau Syndicat national des magistrats Refus que la magistrature soit accusée de n'agir que sur injonction

Publié par LSC
le 13.05.2019 , 11h00
825 lectures

La nouvelle équipe élue il y a quelques semaines à la tête du Syndicat national des magistrats vient de monter au créneau pour clamer l’indépendance de la justice et le rejet de toute instrumentalisation. C’est sur le terrain que l’on pourra vérifier si ce discours est traduit en actes concrets.
Le Syndicat national des magistrats (SNM) a exprimé, samedi 11 mai 2019, le rejet des accusations portées contre les magistrats de «n'agir que sur injonction». Dans un communiqué rendu public au terme de la 1re réunion de son bureau exécutif, suite au renouvellement complet de ses structures et signé par son nouveau président, Issaâd Mebrouk, le SNM a affiché «un rejet absolu de toutes les accusations portées contre la magistrature et ses hommes à travers le recours, de plus en plus répété, de nombreuses parties officielles et non officielles, à la présentation d'une image stéréotypée d'une justice n'agissant que sur injonction». Les magistrats «refusent qu'on traite avec eux comme un appareil qui n'entre en action que sur ordre ou sur convocation», soutient le SNM, mettant en exergue l'attachement des juges à «leur droit constitutionnel réclamé par le peuple, d'être un pouvoir indépendant assumant ses missions conformément aux principes de légalité et de justice et suivant une approche d'impartialité et d'équité». Partant, le SNM a tenu à souligner que les magistrats «se tiennent à équidistance de toutes les catégories sociales et appellent tout un chacun à leur accorder la confiance voulue, sans tutelle ou pression».
«Appel à la liberté de l’Algérie nouvelle»
Pour le SNM, «la seule garantie et protection de la Justice et des juges ne peut émaner d'aucune partie en dehors de l'autorité judiciaire, mais se matérialiser à travers un ensemble de procédures consacrant l'indépendance totale des magistrats, à commencer par le respect des lois et la révision des structures, régissant le travail du magistrat et son parcours professionnel». A ce propos, le Syndicat des magistrats assure qu'il veillera à garantir aux magistrats «le soutien matériel et moral face à toute atteinte, par des déclarations, des insinuations ou tout autre acte matériel, à leur intégrité et à leur indépendance, en se constituant partie civile». Estimant qu'il «ne saurait y avoir de justice indépendante et protégée avec les lois et structures régissant actuellement le parcours professionnel du juge et qui ont prouvé leur inefficacité», le SNM soutient que «l'appel à la liberté de l'Algérie nouvelle implique obligatoirement l’appel à la liberté et à l'indépendance de la justice et son affranchissement de toutes les entraves matérielles et humaines». En conclusion, le SNM a mis en avant «son engagement à contribuer de manière efficace à faire sortir le pays de sa crise pour le mener à bon port avec le peuple souverain, dans le cadre de ses institutions constitutionnelles qui expriment sa volonté libre».
LSC

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Société 11:00 | 19-09-2019

La longue traversée vers Djerba !

Le bus qui transportait une partie des vacanciers à destination de Djerba en Tunisie, un séjour organisé par une agence de voyages d'Alger, démarre vers 15 h à partir de la capitale. C'était mercredi 11 septembre, le deuxième

2

Actualités 11:00 | 19-09-2019

La «chkara» au cœur d’une guerre sans précédent
Tliba et le fils Ould-Abbès s’accusent mutuellement

Tliba et le fils Ould-Abbès s’entredéchirent à distance pour tenter d’avoir le dernier mot dans une affaire de corruption où ils risquent de se voir condamner à plusieurs années de prison. 9 septembre 2019. La lutte anti-corruption déclenchée au lendemain de la chute du régime Bouteflika se poursuit inexorablement et s’arrête ce