Voir Tous
Rubrique
Corruption

Corruption présumée en Algérie Saipem relaxé en appel, comme Eni

Publié par LSC
le 20.01.2020 , 11h00
275 lectures

La cour d'appel de Milan a relaxé mercredi 15 janvier 2020 le groupe italien Saipem et son ex-président, condamnés en première instance pour des soupçons de corruption internationale en Algérie, et  confirmé la relaxe de sa maison-mère, Eni, et de son ex-patron, Paolo Scaroni. Ce dossier se conclut en appel par une relaxe générale, sociétés, employés de Saipem et Eni et intermédiaires supposés algériens. 
Les charges concernaient le versement présumé de 197 millions d'euros de pots-de-vin à des responsables publics algériens entre 2007 et 2010. Selon l'accusation, ce versement avait permis à Saipem d'obtenir des contrats pour 8 milliards d'euros et à Eni d'avoir l'autorisation de l'ancien ministre algérien de l'Energie, Chakib Khelil, d'acquérir les droits d'exploitation du gisement de gaz de Menzel, via l'achat de la société First Calgary Petroleums. 
En première instance, en septembre 2018, le tribunal avait estimé que le second fait n'était pas avéré et que l'ex-patron d'Eni, Paolo Scaroni, n'était pas responsable pour les contrats de Saipem. En appel, les juges ont rejeté le recours du parquet contre cette décision, confirmant ainsi la relaxe pour Eni et son ex-dirigeant. Saipem avait, quant à elle, été condamnée en première instance à une amende de 400 000 euros et à la confiscation — en lien avec les autres condamnés — de 197 millions d'euros, considérés comme la valeur du pot-de-vin versé. 
Cette confiscation, tout comme l'amende, ont été annulées par la Cour d'appel, qui a jugé que le fait de corruption n'existait pas. Comme l'ensemble des prévenus, Eni et Saipem avaient toujours contesté les accusations. L'ex-ministre Khelil n'était pas prévenu dans ce dossier.
LSC

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Reportage 06:00 | 23-05-2020

Alger-Tizi Ouzou-Boumerdès : Balade historique et touristique
Les Français ont fait pire que les Turcs (10e Partie)

L’itinéraire reliant Tigzirt et Dellys, par le littoral, est tout simplement féerique. Les 26 km séparant les deux cités antiques sont, pour le moment, épargnés par le béton. La balade ne se raconte pas, elle se vit. Un

2

Actualités 06:00 | 23-05-2020

ORAN
Le virus se propage de plus en plus parmi les familles

Selon l’OMS, on considère que le virus du Covid-19 a une capacité de contagion particulière. Une personne atteinte va en moyenne contaminer 2,3 personnes non malades, expliquait ce jeudi le docteur Youcef Boukhari, chef