Rubrique
Culture

Musique Appel à participation pour le 5e Grand prix El-Hachemi-Guerouabi

Publié par R.C
le 17.08.2019 , 11h00
26 lectures
Un appel à candidature a été lancé récemment par l'association culturelle El-Hachemi-Guerouabi à l'adresse des jeunes talents de la chanson châabi pour prendre part au 5e Grand prix national El-Hachemi-Guerouabi, annonce l'association. Les souscriptions à ce grand prix visant à dénicher et promouvoir de jeunes talents et de nouvelles voix dans la chanson chaâbi sont ouvertes aux jeunes chanteurs et chanteuses algériens jusqu'au 30 septembre prochain, sans condition d'âge.
Les participants doivent envoyer un enregistrement d'un istikhbar ou d'une introduction de chanson mettant en avant la voix du chanteur à l'adresse de l'association. Les modalités de participation à ce concours sont disponibles sur la page Facebook de l'association. Après une première sélection, une vingtaine de candidats retenus se produiront sur scène devant un jury. Créée pour préserver et perpétuer l'héritage d'El Hachemi Guerouabi, disparu en 2006, cette association organise chaque année un hommage à ce monstre sacré de la chanson châabi, qui réunit les lauréats de ce concours sur scène en plus de figures de la chanson algérienne et maghrébine.
Icône de la chanson chaâbi, El Hachemi Guerouabi s'était toujours distingué par sa voix puissante, d'une rare intensité, et son interprétation atypique de chansonnettes écrites par le regretté Mahboub Bati ou de qcid. Après une carrière de plus de cinquante ans, il laisse un héritage très riche et un mode d'interprétation propre à lui.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 14-09-2019

À la veille de la convocation du corps électoral
Gaïd Salah durcit le ton

L’armée fait de la tenue et de la réussite de l’élection présidentielle, avant la fin de l’année, une urgence, une priorité nationale absolue pour

2

Soit dit en passant 11:00 | 14-09-2019

Chut ! l’APN est en mission

N’ayons pas de gêne à le dire ! Nos députés sont cette autre preuve que rien ne va très fort en