Rubrique
Culture

Khaled Rochedi BessaÏh expo à Dar Abdeltif Bon voyage «D’un univers à l’autre» !

Publié par Kader Bakou
le 19.11.2019 , 11h00
39 lectures

C’est avec joie qu’on retrouve nos vieux amis Don Quichotte et son fidèle Sancho. Des femmes sont visibles de temps en temps et donnent une touche de charme supplémentaire à cet agréable voyage artistique. Après plusieurs escales, le visiteur de l’exposition retrouve  l’Afrique, notre beau continent.
Il y a comme un fil conducteur entre l’univers de Modigliani et celui de Khaled Rochedi Bessaïh. C’est, en tous cas,  l’impression laissée par plusieurs œuvres de l’exposition «D’un univers à l’autre » de peinture de l’artiste algérien à la galerie d’arts de Dar Abdeltif à Alger.  
Le voyage est certainement surréaliste et on trouve même une «Spiritus Elevatione », une sorte d’élévation spirituelle de l’Humain. Les différents «penseurs» font réfléchir le visiteur. Même chose concernant ces visages multipliés. Charmant ce couple de danseurs enlacé ! 
«J’ai passé mon enfance à dessiner, mais grâce au film Modigliani, j’ai compris ce qui me manquait. 
En clair, j’ai considéré sa vie comme un appel, et la peinture est devenue, d’un coup, une sorte d’évidence, une certitude. Modigliani reste à mes yeux l’un des plus grands maîtres dans son domaine : sa peinture me parle complètement. 
Ceci dit, il réalisait des portraits dont les personnages ont vraiment existé. Cet artiste les déformait à sa manière. En revanche, mes personnages sont imaginaires. Je n’ai jamais pris de modèle. Bien entendu, c’est un grand honneur pour moi de voir les autres comparer mon travail à celui du grand Modigliani, mais ce sont deux styles très distincts pour les connaisseurs», a un jour expliqué Bessaïh au sujet des comparaisons de son travail avec celui de l’artiste italien Amedeo Modigliani. 
Après un baccalauréat série lettres obtenu à Alger, Khaled Rochedi Bessaïh s’inscrit à la Faculté de droit. Mais l’année d’après, il change de cap et intègre l’École supérieure des beaux-arts d’Alger, répondant ainsi à l’appel de l’art. 
Plus tard, il arrive à la conclusion que l’art se vit aussi au-delà des murs d’une école. Il traverse la Méditerranée et s’installe  à Paris, où il vit plus de sept ans, en quête de nouvelles aventures humaines et artistiques. 
Ce séjour lui a permis aussi de nourrir son amour pour la musique et la peinture en se produisant dans des bistrots  de quartier et en peignant des toiles qu’il n’ose, d’ailleurs,  montrer à personne par crainte de décevoir ses propres rêves. En 2006, il décide de rentrer définitivement en Algérie. 
Au pays,  il a repris ses études de droit et a obtenu sa licence qu’il a rangée aussitôt dans un tiroir. 
En effet, Khaled Rochedi Bessaïh croise le chemin de l’artiste plasticien et galeriste Farid Benyaâ, qui croit en lui et qui réussit à le convaincre de reprendre ses pinceaux. Désormais, Bessaïh se consacre pleinement à l’art, plus précisément à la peinture, la sculpture et la musique. 
L’exposition «D’un univers à l’autre» à Dar Abdeltif (El Hamma) restera ouverte jusqu’au 24 novembre 2019.
Kader B.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 07-12-2019

Bensalah prépare son retour

L’audience accordée jeudi dernier par le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, à son remplaçant au Sénat, Salah Goudjil, a été l’occasion, affirme-t-on de bonne source, de faire le point de situation au niveau de

2

Actualités 11:00 | 08-12-2019

Emin auto :
«Bouchouareb demandait de l’argent pour régler notre situation»

Les représentants de la société Emin auto font, eux aussi, partie des témoins de la partie civile ayant accablé Bouchouareb et les deux anciens Premiers ministres incarcérés. «Nous avons déposé notre dossier en 2015, témoignent ses