Culture / Culture

Salon du patrimoine immatériel

Bouira retrouve son ambiance nocturne

La ville de Bouira a retrouvé son ambiance nocturne grâce à une série variée d’activités artistiques organisées en marge du 1er salon national des arts traditionnels et cultures populaires du patrimoine immatériel algérien, qu’abrite la maison de la culture Ali-Zaâmoum jusqu’au 18 du mois en cours et auquel prennent part 30 wilayas.
Durant la journée, les participants au Salon présentent aux visiteurs leurs différents produits et objets traditionnels illustrant la culture de chaque région du pays. Une multitude d’expositions sont organisées à l’intérieur et à l’extérieur de la Maison de la culture, ce qui draine chaque jour un grand nombre de visiteurs. «Les activités se poursuivent depuis dimanche ; nous avons des conférences, des ateliers pour la poésie et pour les contes, qui s’ajoutent à toutes ces expositions. Tout ça a drainé un grand public», a indiqué la directrice de la maison de la culture Ali-Zaâmoum, Saliha Chirbi.
Le programme ne s’arrête pas dans la soirée, des chants (ichewiqen) et des danses populaires ainsi que des contes sont organisés chaque soir à partir de 20h sur l’esplanade jouxtant la Maison de la culture. Le grand nombre de familles et enfants, qui y viennent chaque soir, crée souvent une ambiance nocturne particulière.
La magie et les spectacles de danse produits au rythme de la musique folklorique mettent de l’ambiance sur la scène à la grande joie des visiteurs, en quête de détente pour rompre avec la routine du travail et la chaleur estivale.
«Je viens en famille chaque soir ici pour assister à ces beaux spectacles de danse kabyle. C’est vraiment magnifique, il y a du monde, notre pays est riche grâce à sa diversité culturelle et artistique», s’est réjoui Raouf, un trentenaire rencontré lundi soir  à l’entrée de la Maison de la culture.
Les stands des expositions dédiées aux habits, bijoux, tapis, gâteaux, poterie et autres produits traditionnels restent ouverts la nuit.Certaines wilayas, à l’image de Laghouat et d’El Ménéa, ont installé leurs tentes à l’extérieur de la Maison de la culture, où elles exposent les différents produits et objets traditionnels. Des galas artistiques sont également organisés chaque soir à la Maison de la culture, drainant un grand public.
«Je suis très contente que cet évènement réussisse dans notre wilaya, nous avons d’autres activités et des concours de poésie ainsi que de contes pour enfant, qui sont programmés à cette occasion», a indiqué Mme Chirbi.
 R. C.