Rubrique
Culture

Le coup de bill’art du Soir Dadié est aussi aimé que Césaire

Publié par Kader Bakou
le 12.03.2019 , 11h00
57 lectures

«Dadié et Aimé Césaire sont à mes yeux les deux faces d'une même pièce,  théâtrale et poétique, rebelle et engagée», écrivait Serge Bilé en 2016. A l’annonce de la mort de Bernard Dadié, samedi, Serge Bilé, écrivain et présentateur de télévision en  Martinique, a déclaré à son sujet : «Sa littérature est à la fois poétique et engagée, à l'image de l'homme.»  Pour Nicole Vincileoni, universitaire et auteure d'un ouvrage d'analyse de référence sur son œuvre, «Bernard Binlin Dadié est l'écrivain le plus fécond de la littérature  néo-africaine (...) et avec Léopold Sédar Senghor, le plus traduité».  C'est «un pionnier et un géant de la littérature africaine», avait déclaré la directrice générale de l'Unesco, Irina Bokova, en 2016, année ou Dadié avait reçu le premier prix Jaime Torres Bodet de l'Unesco.  Bernard Dadié a également  reçu deux fois le Grand Prix littéraire d'Afrique noire avec Patron de New York (1965) et La ville où nul ne meurt (1968). Mais peu de gens savaient tout ça avant la mort du «père de la littérature ivoirienne», samedi dernier.  

Il existe certainement une «faille» quelque part dans les médias africains qui ne sont pas encore arrivés à une information par les Africains et pour les  Africains.
K. B.
bakoukader@yahoo.fr

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 16-05-2019

L’EX-WALI D’ALGER IMPLIQUÉ DANS DES AFFAIRES DE CORRUPTION ?
Zoukh, ce matin chez le juge

Les affaires découlant de l’opération anti-corruption déclenchée depuis la démission de Abdelaziz Bouteflika se poursuivent. Aujourd’hui, c’est au tour de l’ancien wali d’Alger, son fils ainsi que du fils de l’ex-Premier ministre de comparaître devant le juge d’instruction du

2

Périscoop 11:00 | 16-05-2019

Les concessionnaires historiques reviennent

L’effet libérateur du Hirak est aujourd’hui indéniable sur les différents secteurs d’activité. C’est au tour des concessionnaires automobiles historiques qui ont été soit dépossédés de leurs marques, soit complètement