Rubrique
Culture

Le coup de bill’art du Soir Dictature du prolétariat ?

Publié par Kader Bakou
le 15.05.2019 , 11h00
279 lectures

Un des invités à un débat télévisé a utilisé l’expression «dictature du peuple» au sujet du Hirak en cours depuis le 22 février dernier. La suite de son intervention a permis de constater que l’usage de cette expression nouvelle n’était pas pour critiquer le  Hirak, car en quelque sorte le peuple a toujours raison.
Karl Marx a utilisé l’expression «dictature du prolétariat». Dans la doctrine marxiste, la dictature du prolétariat est la première étape de l’évolution de la société vers le socialisme, à la place des régimes capitalistes, appelés «dictatures de la bourgeoisie». Pour renverser la classe dominante qui détient tous les pouvoirs (économique, politique), la classe des travailleurs (le prolétariat) sur laquelle repose l’économie doit dans un premier temps s'emparer de tous les pouvoirs. 

Le pouvoir des prolétaires s'exerce sous la forme d'un Etat ouvrier qui prend les mesures nécessaires, y compris coercitives, pour transférer les moyens de production de la bourgeoisie au prolétariat. L'Etat ouvrier est organisé sous la forme d'une démocratie directe avec des conseils et des élus mandatés et révocables. Lorsque la société est devenue sans classes, cette phase transitoire a pris fin et laissé la place au communisme intégral.
K. B.
bakoukader@yahoo.fr

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Périscoop 11:00 | 16-07-2019

Des gendarmes chez Houda Feraoun

Dans les couloirs du ministère de la Poste et des Télécommunications, on ne parle plus que de la récente visite de gendarmes au siège du département de Houda Feraoun. Les gendarmes auraient remis aux services du

2

Actualités 11:00 | 16-07-2019

MARCHÉ PARALLÈLE DE LA DEVISE
L’euro repart à la hausse

Le taux de change de l’euro au marché noir connaît des perturbations ces derniers jours. Après une inattendue et importante baisse enregistrée il y a deux semaines, ce taux a repris une tendance vers la hausse au square Port-Saïd à Alger, «bourse» informelle