Culture / Culture

Le coup de bill’art du Soir

Dis-moi quel stade tu fréquentes, je te dirai qui tu es

Martin Nadaud a dit que quand le bâtiment va, tout va.  Aujourd’hui, on peut dire : «Quand le foot va (bien), tout va (bien).»  Le destin des nations se joue dans les stades. D’ailleurs, les stades de foot sont devenus un indicateur du développement d’un pays dans tous les domaines. Les pays les plus développés ont les plus grands et les plus beaux stades. Le public est discipliné et les gens, hommes, femmes et enfants y vont pour faire la fête. Dans ces pays, le stade n’est pas une arène politique, car l’expression politique a d’autres espaces à sa disposition. 
Passons aux choses sérieuses, comme a dit un illustre inconnu !  Le jeu, c'est-à-dire le football, est d’un niveau élevé dans ces pays-là. C’est un vrai régal pour les yeux. Derrière les 22 joueurs, on sent  qu’il y a de fins stratèges qui  mettent au point des tactiques et des systèmes de jeu en perpétuelle  évolution. 
A la fin du match, les deux coachs, vainqueurs et vaincus (ce n’est qu’un jeu) vont se serrer la main. Tout le monde serre aussi  la main de l’arbitre. 
Les pays les plus développés ont le meilleur football (et vice-versa). Comme dans d’autres domaines, ces pays sont un aimant qui attire irrésistiblement les  talents des autres pays d’où fuient déjà les cerveaux.
K. B
bakoukader@yahoo.fr