Rubrique
Culture

En tant qu’invitée du Salon international du livre d’Alger Elaine Mokhtefi en pèlerinage à l’ancienne Mecque des révolutionnaires

Publié par Kader Bakou
le 06.11.2019 , 11h00
310 lectures

L'écrivaine américaine Elaine Mokhtefi, née Elaine Klein, militante  anticolonialiste engagée en faveur de l'indépendance de l'Algérie, a évoqué,   à Alger, son long parcours de militante pour la cause algérienne durant la guerre de Libération nationale.
S'exprimant lors de la rencontre «Estrade» dans le cadre du 24e Salon international du livre d’Alger (Sila), autour, notamment, de son dernier ouvrage, Alger, capitale de la révolution : de  Fanon aux Blacks Panthers, réédité récemment par Barzakh, en Algérie, l'écrivaine a rappelé son engagement pour la cause algérienne aux côtés de militants du  Front de libération nationale (FLN).  
Membre de la représentation du FLN à New York (Etats-Unis), Elaine  Mokhtefi a contribué activement à l'inscription de la cause algérienne à  l'Assemblée générale de l'Onu, a-t-elle témoigné, tout en précisant que ses premiers contacts avec les militants algériens remontaient à l’année 1952.  
En 1958, en pleine guerre de libération, Mokhtefi rencontre, lors d'une  conférence panafricaine des peuples à Accra, au Ghana, Frantz Fanon, lui aussi militant  anticolonialiste, et Mohamed Sahnoune. Elle a également rencontré  Hocine Aït Ahmed et M'hammed Yazid, membres dirigeants de la représentation algérienne dans cette grande ville américaine qui abrite le siège de l'Onu.      
Evoquant le Festival panafricain d'Alger de 1969, auquel elle avait   contribué en tant que membre organisateur, la militante garde le  souvenir d'un évènement  «émouvant et extraordinaire qui n'a jamais eu d'égal en Afrique et ailleurs».  
Cette manifestation panafricaine a été un carrefour culturel et politique  qui a pu réunir des dirigeants de l'Afrique noire et de l'Afrique du Nord,  poursuit la militante qui était alors  chargée d'accueillir la délégation américaine, témoigne-t-elle.   
Ayant vécu à Alger entre 1962 et 1974, Elaine Mokhtefi a travaillé en tant que journaliste à l'APS.   
Née en 1928 à New York, Elaine est l'épouse de l'écrivain algérien Mokhtar  Mokhtefi, ancien membre de l'ALN (Armée de libération nationale).  
Engagée en faveur des luttes anticolonialistes et anti-raciales, elle s'est particulièrement   distinguée  par son combat aux côtés des Black Panthers,  un mouvement de libération afro-américain militant pour les droits  civiques.   
 Algiers, Third World Capital. Black Panthers, Freedom Fighters, Revolutionaries est le titre en anglais du livre d’Elaine Mokhtefi, sorti en  2018 chez l’éditeur américain Verso Books (Brooklyn, New York). Le livre de 256 pages, faisant partie de la Série 1968, comporte également 10 pages de photographies en noir et blanc.
Dans la présentation de l’ouvrage (en anglais), il est écrit que c’est «un fascinant mémoire de la vie avec les Black Panthers à Alger : une histoire de libération et de politique radicale». Après la guerre d’indépendance de l’Algérie et la défaite de la France en 1962, Alger était devenue la capitale de la libération du tiers-monde.
Dans la capitale algérienne, Elaine Mokhtefi, une jeune Américaine qui s'est impliquée dans la lutte et a travaillé avec les dirigeants de la Révolution algérienne, a trouvé un foyer. En tant que journaliste et traductrice, elle a vécu parmi des révolutionnaires, des exilés et des visionnaires et a même participé à la réalisation du film La Bataille d'Alger de l’Italien Gillo Pontecorvo.
Mme Mokhtefi était une camarade et une confidente de certaines des personnalités les plus connues de l'époque : Stokely Carmichael, Frantz Fanon, Ahmed Ben Bella et Eldridge Cleaver. Elle a joué un rôle-clé dans la création de la section internationale du Black Panthers Party à Alger. 
Elle voyagea pour et avec les Black Panthers et organisa le départ clandestin de Leroy Elridge Cleaver, qui vivait lui aussi à Alger, vers la France.
Elaine Mokhtefi est née à New York. Après la Seconde Guerre mondiale, elle   rejoint le Mouvement des jeunes pour la paix et la justice dans le monde en devenant directrice d'une organisation estudiantine militante. En 1951, elle s'installe en France, travaille, notamment, comme interprète et traductrice.
En 1960, elle rejoint le petit groupe du Front de libération nationale (FLN) à New York au moment où le gouvernement algérien en exil militait pour que les Nations unies soutiennent l'indépendance de l'Algérie. Après la victoire de la Révolution algérienne et l’indépendance, elle a fait de l'Algérie sa patrie, travaillant comme journaliste et traductrice.
Elle était mariée à l'écrivain algérien et ancien combattant de la guerre de libération  Mokhtar Mokhtefi, décédé en 2014. Elaine Mokhtefi vit aujourd’hui à New York où elle est écrivaine et artiste-peintre.
Kader B.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 16-11-2019

Comité de campagne d’Abdelmadjid Tebboune
Abdallah Baali démissionnaire ?

L’information s’est répandue telle une traînée de poudre dès jeudi : Abdallah Baali, le directeur de campagne d’Abdelmadjid Tebboune, aurait décidé de claquer la porte suite à des divergences avec le

2

Actualités 11:00 | 17-11-2019

LUTTE CONTRE LA CORRUPTION
Une cinquantaine de walis et de maires ciblés

Les walis et les présidents d'APC constituent finalement l'un des corps les plus ciblés par la