Rubrique
Culture

Musée national public d'art moderne et contemporain d'Alger Exposition internationale d'art contemporain

Publié par R.C
le 19.09.2019 , 11h00
21 lectures

Une vingtaine d'artistes algériens et étrangers exposent leurs nouvelles œuvres à la 7e Exposition internationale d'art  contemporain, Performance et Fashion Design qui se tient depuis samedi  dernier au Musée national public d'art moderne et contemporain d'Alger (MaMa). Placée sous le thème «Al-Tiba9» (Oxymore), cette exposition mettra en  lumière près de 50 créations artistiques des artistes issus d'Algérie, Italie, Espagne, Belgique, Russie, Etats-Unis et d'autres, consistant en des œuvres composées, vidéos, sculptures, photographies qui traduisent les différents courants artistiques et  traitent de divers thèmes philosophiques et de la vie quotidienne.     
Outre l'exposition d'art contemporain, cette 7e édition sera marquée par  l'ouverture, samedi prochain, au public, d'un stand dédié à la création de  mode (Fashion Design).  
Pour sa part, le commissaire de l'exposition, Mohamed Benhadj, a indiqué  que le thème de cette édition «Al-Tiba9» (même thème des précédentes éditions) reflétait «la combinaison philosophique entre les contradictions  qui se complémentent», en l'occurrence «homme et femme», «vie et mort»...   
A rappeler que les quatre premières éditions de l'Exposition  internationale d'art contemporain avaient été organisées en Algérie, tandis que les cinquième et sixième s'étaient tenues à Barcelone (Espagne).  
Ouverte le samedi 14 septembre, la 7e édition de cette exposition se  poursuivra jusqu'au 7 octobre prochain.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 07-12-2019

Bensalah prépare son retour

L’audience accordée jeudi dernier par le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, à son remplaçant au Sénat, Salah Goudjil, a été l’occasion, affirme-t-on de bonne source, de faire le point de situation au niveau de

2

Actualités 11:00 | 05-12-2019

Sellal au juge :
«J’ai signé sans savoir ce que je signais»

Second arrivé à la barre, Abdelmalek Sellal a répondu à toutes les questions qui lui étaient posées d’une voix inaudible. Contrairement à Ouyahia, son audition a duré moins de temps. Elle a porté sur les avantages accordés aux hommes d’affaires dans l’automobile mais également le financement occulte de la campagne électorale de Abdelaziz Bouteflika.