Rubrique
Culture

Théâtre communal d'Alger H'mar wa laou tar, une comédie satirique sur la violence conjugale

Publié par R.C
le 15.05.2018 , 11h00
88 lectures

L'association du nouveau théâtre des Issers (Boumerdès) a présenté, samedi à Alger, une pièce théâtrale intitulée H'mar wa laou tar qui critique, d'une façon satirique, la violence conjugale et la domination masculine dans la famille à travers une relation perturbée entre les conjoints.
Pendant une heure et vingt minutes, la pièce théâtrale a pu susciter l'intérêt du public du Théâtre communal d'Alger, notamment à travers les personnalités de la magicienne et de la femme qui voulait se venger de son époux dans un discours ouvert. Le metteur en scène, Abdelghani Chentouf, s'est appuyé sur la comédie satirique et la performance des acteurs pour mettre en lumière l'impasse dans laquelle se trouvait la femme Fatima, victime de violence conjugale, qui, pour se venger de son mari alcoolique, lui tend un piège et le met dans une situation délicate.
Il a utilisé, en outre, un décor simple, avec des extraits de musique et de chansons populaires. Inspirée de la pièce Le médecin malgré lui de Molière, H'mar wa laou tar, de son auteur Youcef Taaouint, traite des maux de la société d'une façon satirique et humoristique et constitue la dernière réalisation de l'association du nouveau Théâtre des Issers, dont l'activité a débuté il y a plus de 10 ans, décrochant plusieurs prix.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Périscoop 11:00 | 15-08-2018

Mesure d’expulsion

Un diplomate arabe en poste à Alger vient de faire l’objet d’une mesure d’expulsion, a-t-on appris de sources fiables. La décision des autorités algériennes aurait été prise suite à une «affaire de mœurs», expliquent nos sources, en ajoutant que

2

Actualités 11:00 | 14-08-2018

PRÉSIDENTIELLE 2019
Seuls 4 candidats déclarés

A près de huit mois de l’élection présidentielle du printemps prochain, on ne se bouscule pas trop au portillon puisque les candidats à la candidature déjà annoncée relèvent, pour leur quasi-majorité, de la pure fantaisie, pour ne pas dire