Rubrique
Culture

Danse «J’écris ton nom» à Alger

Publié par R.C
le 16.06.2019 , 11h00
72 lectures

«J’écris ton nom», un spectacle chorégraphique,  une fusion entre la danse, la musique et la poésie, a été présenté  jeudi soir à Alger par la troupe  Antonna devant un public nombreux de  passionnés de la danse contemporaine. 
Accueilli au Théâtre national algérien Mahieddine-Bachtarzi (TNA), le  spectacle repose sur un texte du poète français Jacques Prévert, interprété  par deux membres — dont une voix masculine — de la troupe qui compte quatre danseuses. 
Durant 50 minutes, les chorégraphes, formés par la chorégraphe  Samer Bendaoud, ont fait montre de leur talent en exécutant plusieurs  tableaux reflétant la détermination de «se libérer des  sentiments refoulés». 
Produit et mis en scène par Samer Bendaoud, le spectacle a mobilisé les  efforts de la chorégraphe qui, dit-elle, a consacré «plusieurs semaines de  répétitions» dans les locaux qui lui ont été prêtés par des bénévoles. 
«Le spectacle traite d'une thématique essentielle, celle de la liberté de  la femme et ses droits», a souligné la chorégraphe à l'issue du spectacle. Pour elle, «la danse n’est pas seulement un mouvement du corps, mais plutôt  une expression de ce qu’on raconte intérieurement». Accompagnés d’un habillage musical inspiré de plusieurs compositeurs de  renom à l’image du Français Maurice Ravel et l'égyptien Riadh Mohamed  Sombati, les danseurs ont accordé leurs mouvements aux sonorités  soigneusement choisies et à un éclairage clair-obscur. Passionnée par la danse depuis son jeune âge, Samer Bendaoud enseigne cet  art depuis plusieurs années au sein d’Antonna, une formation qui réunit des  danseuses de différents genres comme le jazz, le hip-hop et la musique classique. 

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 16-11-2019

Comité de campagne d’Abdelmadjid Tebboune
Abdallah Baali démissionnaire ?

L’information s’est répandue telle une traînée de poudre dès jeudi : Abdallah Baali, le directeur de campagne d’Abdelmadjid Tebboune, aurait décidé de claquer la porte suite à des divergences avec le

2

Constances 11:00 | 13-11-2019

D’où viennent les devises ? Du Square, pardi !

La Banque d’Algérie et le ministère des Finances devraient d’abord régler leurs violons. Ce n’est pas