Rubrique
Culture

CHEIKH SIDI LAKHDAR BENKHELOUF, PRINCE DES POÈTES DU MELHOUN DE ABDELKADER BENDAMèCHE La compilation tant attendue par les férus du grand barde du Dahra

Publié par Mohamed Belarbi
le 08.11.2018 , 11h00
436 lectures

Réunissant 167 poésies du barde Sidi Lakhdar Benkhelouf, le prince des poètes, comme il plaît à son auteur, Abdelkader Bendamèche, de l’appeler, la compilation tant attendue est aujourd’hui enfin entre les mains des férus du genre poétique dit medh ou panégyrique à l’endroit du Prophète Mohamed (QSSSL).
Intitulé «Cheikh Sidi Lakhdar Benkhelouf, prince des poètes» et paru en trois tomes avec plus de mille pages, ce livre est le fruit de plusieurs années de travaille, nous fait savoir Abdelkader Bendamèche que nous avons rencontré au Sila où le livre est en vente au stand de l'Enag.
Si le premier volume est consacré à la vie de Sidi Lakhdar Benkhelouf, c’est dans les deux autres tomes que l’on peut lire  à loisir le corpus du poète ou du moins ce que l’auteur a pu réunir durant des années de recherche.
L’auteur situe la naissance de Sidi Lakhdar Benkhelouf à l’année 1490. Ce dernier décèdera 125 ans et six mois après, soit en 1615-1616. Sa vie a été pleine d’évènements puisqu’il assista, en tant que combattant, à la bataille de Mazagran qui a eu lieu le 26 août 1558 et où le comte d’Alcaudete périt avec un grand nombre de soldats espagnols.
Sidi Lakhdar Benkhelouf donne de fins détails de cette mêlée dans une poésie qu’il avait intitulée «Qesset Mezeghrène ma’alouma» (l’histoire de Mazagran est  célèbre).
Le barde du Dahra a été rendu également illustre par son amour indéfectible au Prophète Mohamed (QSSSL) qui lui est apparu quatre-vingt-dix-neuf fois en songe et une fois à l’état de veille, fait savoir Sidi Lakhdar dans plusieurs de ses poésies.
Mais c’est dans ce dernier évènement que notre poète consacre, écrit Abdelkader Bendameche, un cantique où il décrit l’heureuse rencontre avec le Prophète Mohamed (QSSSL). Cette poésie est connue par le titre de «Khimet echa’âr» (tente en crin de chameau) et sous laquelle Sidi Lakhdar accueillera pompeusement le Prophète et dira en substance : «Fel yaqdha ya syadi liss fi mnami.» (Dans l’état de veille ô messieurs et non dans mon songe).
Cependant, les détracteurs de Sidi Lakhdar rejettent en bloc les affirmations de Benkhelouf quant à ses rêves du Prophète jusqu’au jour où ils assisteront, éberlués, à l’éminente séquence, celle de l’éclatante lumière qui se dégagea de la kheima.
Ces accusateurs pensaient a priori qu’il s’agissait d’un feu ayant ravagé la tente de Sidi Lakhdar mais ils s’apercevront étonnamment qu’en réalité c’était la sublime lumière du Prophète qui avait illuminé la kheima.
Benkhelouf dira à ce propos : «Djibou elma kheffou taffiw dhennar.»(Ramenez de l’eau faites vite, éteignez ce feu). Et de poursuivre : «Men la bghaw bel mokhtar qalou ennar fiha teguedi.» (Ceux qui refusent le Prophète ont dit le feu ravage sa tente).
Enfin, Abdelkader Bendamèche abordera dans son livre le sujet du melhoun algérien pour situer les néophytes dans le contexte poétique et leur montrer l’étendue de la poésie dialectale ainsi que l’abondance de ses poètes.
M. Belarbi

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 11-11-2018

ANP
Vers la fin du cumul des fonctions au sein de l’armée

C’est sur instruction personnelle directe de Abdelaziz Bouteflika que les cinq généraux-majors et le colonel des services, détenus depuis le 14 octobre à la prison militaire de Blida, ont été libérés le 5 novembre

2

Actualités 11:00 | 10-11-2018

AUDITIONNÉ À TROIS REPRISES PAR LE JUGE D’INSTRUCTION
Comment se défend «El-Bouchi»

Au tribunal de Sidi-M’hamed d’Alger, les apparitions de Kamel El-Bouchi, de son vrai nom Kamel Chikhi, ne font plus l’évènement. Même le dispositif mis en place aux alentours de la bâtisse se fait désormais plus léger qu’à l’habitude et attire, par conséquent, beaucoup moins le regard