Rubrique
Culture

Le coup de bill’art du Soir L’art, ça marche bien à Alger

Publié par Kader Bakou
le 11.03.2019 , 11h00
1005 lectures

L’image de la jeune ballerine dans une rue d’Alger est en train de faire le tour du monde à l’instar de celle des «amoureux de Vancouver» en 2011. Des reproductions de ce Dancing in the street algérien ont même été réalisées à l’étranger.
L’esprit créatif de la jeunesse algéroise s’en donne à cœur joie à l’occasion des marches et rassemblements de protestation contre le 5e mandat. Les slogans «vocaux» ou écrits sont d’une incroyable richesse. «We want to break free. We are the champions. My friends and we’ ll keep. On protestin’ til the end. No time for losers», ont écrit des jeunes sur une banderole, s’inspirant ainsi du groupe rock anglais Queen. Vendredi dernier, coïncidant avec le 8 Mars, la Journée internationale de la femme, un jeune a marché à Alger, en brandissant une pancarte : «Aujourd’hui, c’est le oui marche !» Deux autres jeunes à la rue Hassina-Ben-Bouali brandissaient le même «tableau» montrant une statue «bouddhiste» assise, légendée : «Non à Buddha-Flika !»  

Auparavant, un autre «artiste» s’est inspiré de la célèbre photographie des Beatles traversant un passage protégé à Abbey Road. Dans son montage, John Lennon, Paul McCartney, George Harrison et Ringo Starr marchent à Alger sous le slogan «All we need is love». 
   C’est comme si les marches et les rassemblements «anti-5e mandat» et de manière générale   «anti-pouvoir» ont ouvert aux Algériennes et aux Algériens un nouvel espace d’expression artistique. C’est ça, la vraie révolution, celle des idées et d’un art de vivre nouveau. 
K. B.
bakoukader@yahoo.fr

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 16-05-2019

L’EX-WALI D’ALGER IMPLIQUÉ DANS DES AFFAIRES DE CORRUPTION ?
Zoukh, ce matin chez le juge

Les affaires découlant de l’opération anti-corruption déclenchée depuis la démission de Abdelaziz Bouteflika se poursuivent. Aujourd’hui, c’est au tour de l’ancien wali d’Alger, son fils ainsi que du fils de l’ex-Premier ministre de comparaître devant le juge d’instruction du

2

Périscoop 11:00 | 16-05-2019

Les concessionnaires historiques reviennent

L’effet libérateur du Hirak est aujourd’hui indéniable sur les différents secteurs d’activité. C’est au tour des concessionnaires automobiles historiques qui ont été soit dépossédés de leurs marques, soit complètement