Rubrique
Culture

Tlemcen Le 11e salon national d’arts plastiques prévu en octobre

Publié par R.C
le 16.09.2018 , 11h00
60 lectures

La 11e édition du salon national d’arts plastiques de Tlemcen se tiendra du 28 octobre au 1er novembre prochain,  a-t-on appris jeudi des organisateurs. 
Cette édition, organisée à l'initiative de la maison de la culture Abdelkader-Alloula de Tlemcen, verra la participation de 60 artistes  plasticiens dont 45 de Tlemcen et le restant, d'autres wilayas du pays, a indiqué le chef du service activités culturelles et artistiques de cet établissement culture, Amri Habib. 
Une gamme de tableaux d’art moderne et contemporain sera exposée par des artistes qui utilisent des techniques d’aquarelle et acrylique. 
En marge de ce salon dédié au défunt Mesli Choukri, des conférences-débats  sur le parcours artistique de cet artiste et des ateliers de dessin seront consacrés aux enfants pour les initier aux principes des arts plastiques.  L’artiste Mesli Choukri fut une des figures marquantes des arts plastiques et un des fondateurs de l'art moderne. Né en 1931 à Tlemcen, il fut l’élève de M'hamed Issiakhem. Il a rejoint l’Ecole d’arts plastiques de Paris (France) où il a exposé ses premières œuvres en 1956. 
Après l’indépendance, plusieurs expositions de ses œuvres ont  été organisées en Algérie. Il est décédé le 12 novembre 2017. 

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Pousse avec eux 11:01 | 17-01-2019

Fakhamatou ne se traduit pas en français ! Ni en anglais. En offshore, si !

Oui, je sais ! Je fais une fixette en ce moment sur Fafa ! Mais en même temps, c’est cela un chroniqueur, non ? Un névrosé rémunéré ! Et l’une de mes névroses, c’est la comparaison. Pas le plaquage systématique et la juxtaposition mécanique de choses, de sociétés et de modèles différents. Non ! Juste

2

Soit dit en passant 11:00 | 19-01-2019

Ailleurs, les miss ont mieux évolué !

Tendez-leur le micro et elles vous renverront sans mesurer la gravité de leur propos, à cet âge où l’on enterrait vivantes les filles tout juste nées et qui allait justifier le contrôle futur de l’évolution de ces dernières.