Rubrique
Culture

Le coup de bill’art du Soir Le cri de sonia et Medjoubi

Publié par Kader Bakou
le 17.05.2018 , 11h00
322 lectures

C’était vraiment des géants ! Un tout petit passage de la pièce Al Ayta avec Sonia, Azzedine Medjoubi et M’hamed Benguettaf est plus éloquent que tout un discours sur le pouvoir, les instruments du pouvoir et la manipulation de l’individu et des masses.
Medjoubi dit à Sonia de laisser les fous dans leur raison, sinon il va lui «démonter» trois boulons et avec la pénurie qui sévit, elle ne pourra pas les remplacer.
Dans le langage populaire, celui à qui «manque un boulon» est un malade mental. Que deviendra alors quelqu’un à qui il manque trois boulons ?
Le fou a-t-il sa raison que le raisonnable ignore ou faut-il laisser le fou dans sa folie pour qu’il continue à ignorer certaines choses ?
K.  B.
bakoukader@yahoo.fr

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Soit dit en passant 11:00 | 20-09-2018

Tous ont combattu ! Qui a trahi ?

Est-ce que l’une ou l’un d’entre vous comprend par quel miracle l’Algérie continue à nous

2

Actualités 11:00 | 22-09-2018

ALGER-PARIS
Nouvelles tensions diplomatiques

Irritée par les comportements de Paris, Alger a, à l'évidence, décidé de ne plus rester les bras croisés. Entre les deux capitales, la tension est désormais très perceptible, et l'Algérie est quant à elle bien décidée à crever l'abcès lors de la réunion de la Comefa qui