Rubrique
Culture

Le coup de bill’art du Soir Le cri de sonia et Medjoubi

Publié par Kader Bakou
le 17.05.2018 , 11h00
289 lectures

C’était vraiment des géants ! Un tout petit passage de la pièce Al Ayta avec Sonia, Azzedine Medjoubi et M’hamed Benguettaf est plus éloquent que tout un discours sur le pouvoir, les instruments du pouvoir et la manipulation de l’individu et des masses.
Medjoubi dit à Sonia de laisser les fous dans leur raison, sinon il va lui «démonter» trois boulons et avec la pénurie qui sévit, elle ne pourra pas les remplacer.
Dans le langage populaire, celui à qui «manque un boulon» est un malade mental. Que deviendra alors quelqu’un à qui il manque trois boulons ?
Le fou a-t-il sa raison que le raisonnable ignore ou faut-il laisser le fou dans sa folie pour qu’il continue à ignorer certaines choses ?
K.  B.
bakoukader@yahoo.fr

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 15-07-2018

ABDELGHANI HAMEL
Chronique d’une disgrâce

Quinze jours après son déclenchement, «l’affaire» Hamel semble encore loin de s’estomper. Régulièrement, des éléments apparaissent, détruisant en un rien de temps l’image que l’ex-responsable de la DGSN voulait se forger. Le 26 juin dernier, la publication

2

Périscoop 11:00 | 17-07-2018

Nouvelles nominations dans la police

Nous avons appris hier de sources concordantes que le nouveau DGSN, le colonel Lahbiri, a procédé à la nomination d’un nouveau chef de Sûreté de wilaya de Tipasa ainsi que d’un nouveau directeur des renseignements