Rubrique
Culture

Mihoubi invité de la Radio culturelle : «Le film sur Ben M’hidi serait en révision»

Publié par Sarah Haidar
le 13.09.2018 , 11h00
457 lectures

Le ministre de la culture Azzedine Mihoubi était l’invité, mardi, de l’émission «Débats et sens» de la Radio culturelle. Au cœur de la discussion : le bilan de la saison estivale, le Sila et la polémique autour du film sur Ben M’hidi.
Pour le ministre de la culture, la saison estivale fut un franc succès notamment grâce à la caravane artistique que ses services ont organisée en partenariat avec l’Onda : «Durant un mois et demi, 3 250 artistes ont sillonné 41 wilayas avec 670 spectacles, drainant au total plus d’un million et demi de spectateurs.»  
Interrogé, par ailleurs, sur l’entrée des écrivains algériens dans le programme scolaire, Azzedine Mihoubi estime que la situation était déplorable : «Toute une génération d’Algériens ne connaît pas les monuments de la littérature nationale. 2% à 3% seulement des auteurs cités dans les manuels sont algériens. Suite à de nombreux entretiens réguliers avec la ministre de l’Education nationale, nous sommes parvenus à entamer un processus graduel d’introduction de nos écrivains dans le programme scolaire». 
Toujours dans le domaine du livre, le ministre exprime ses réserves sur la notion de rentrée littéraire qui, selon lui, ne doit pas dépendre exclusivement du Salon international du livre : «L’éditeur algérien n’est pas très imprégné de la culture du marketing et de la promotion. Un travail devrait être fait, notamment sous la houlette du Syndicat national des éditeurs du livre, afin d’élaborer une stratégie de communication à même d’assurer une meilleure promotion aux nouvelles parutions.» 
Concernant la 23e édition du Sila qui se tiendra du 29 octobre au 10 novembre, M. Mihoubi annonce que l’invité d’honneur cette année sera la République populaire de Chine. 51 pays y participeront  avec 930 maisons d’édition dont 250 éditeurs algériens. 
Le programme prévoit également un hommage et une rétrospective cinématographique consacrés au cinéaste Costa Gavras à l’occasion du 20e anniversaire de l’Oscar obtenu par son film Z produit par l’Algérie. 
Le ministre indique, en outre, que l’Algérie sera l’invitée d’honneur en février 2019 au Salon du livre de la Havane avec la traduction vers l’espagnol de plus 20 livres algériens, mais aussi au Salon du livre du Québec. Le ministère étudie également des invitations similaires du Bahreïn et du Venezuela. Et d’annoncer enfin que l’Algérie accueillera le sommet des 5+5 (manifestation culturelle réunissant les pays méditerranéens) en 2020. 
Interpellé au sujet de la polémique autour du film sur Larbi Ben M’hidi de Bachir Derraïs, bloqué pour l’instant par le ministère des Moudjahidine, Azzedine Mihoubi y voit une vaine polémique alors que le problème est purement professionnel : «Les ministères des Moudjahidine et de la culture ont octroyé un soutien financier au film sur la base de la lecture d’un scénario écrit par Mourad Bourboune. Or, ce dernier se trouve avoir été modifié sans en référer à la commission. Nous avons un producteur devenu réalisateur, un réalisateur qui a apporté des modifications fondamentales sans en informer la tutelle et qui a transformé un film historique en film politique.» 
Le ministre annonce par ailleurs que selon ses dernières informations, le réalisateur Bachir Derraïs «a accepté de prendre en considération certaines réserves de la commission de visionnage du Centre national d’études sur le mouvement national et la révolution du 1er-novembre. Des révisions sont donc en cours». 
Sarah H.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 11-11-2018

ANP
Vers la fin du cumul des fonctions au sein de l’armée

C’est sur instruction personnelle directe de Abdelaziz Bouteflika que les cinq généraux-majors et le colonel des services, détenus depuis le 14 octobre à la prison militaire de Blida, ont été libérés le 5 novembre

2

Actualités 11:00 | 10-11-2018

AUDITIONNÉ À TROIS REPRISES PAR LE JUGE D’INSTRUCTION
Comment se défend «El-Bouchi»

Au tribunal de Sidi-M’hamed d’Alger, les apparitions de Kamel El-Bouchi, de son vrai nom Kamel Chikhi, ne font plus l’évènement. Même le dispositif mis en place aux alentours de la bâtisse se fait désormais plus léger qu’à l’habitude et attire, par conséquent, beaucoup moins le regard