Rubrique
Culture

Le coup de bill’art du Soir Le kamikaze oublié

Publié par Kader Bakou
le 03.12.2019 , 11h00
168 lectures

Il y a très longtemps, j’ai lu un livre, une autobiographie, écrite par un kamikaze japonais dont j’ai oublié le nom. Je n’ai jamais retrouvé ce livre, même sur internet.

L’auteur a d’abord été soldat dans l’armée de terre de l’Empire du Japon. Plus tard, il a rejoint (ou a été affecté) l’armée de l’air. Il raconte que, dès le premier jour, un officier a ordonné aux nouveaux arrivés de se débarrasser du senninbari, cette ceinture censée protéger «spirituellement» le combattant. «Ce n’est qu’un nid de poux !» leur avait-il dit. La raison est qu’un pilote doit avoir une hygiène parfaite car la moindre inattention due à un inconfort physique, comme des démangeaisons, peut être fatale dans un avion militaire. 
Lors de la création des corps des tokubetsu kōgeki-Tai (kamikazes), il se rappelle que l’officier, après leur avoir expliqué la difficulté de la situation militaire, leur avait dit : «je vous demande d’être volontaires.» C’était nouveau car l’officier avait pour habitude de donner des ordres, pas de demander. 
L’auteur du livre explique combien c’était difficile de trouver et d’atteindre les navires de guerre américains, bien armés et bien protégés. Un jour, il a été envoyé avec un petit groupe de pilotes en mission pour s’écraser sur une cible navale américaine. Le mauvais temps les avait empêchés de trouver les navires ennemis. Peu de temps après, c’est la fin de la guerre. 
Quel est le nom de ce kamikaze vivant ?
K. B.
bakoukader@yahoo.fr

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 07-12-2019

Bensalah prépare son retour

L’audience accordée jeudi dernier par le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, à son remplaçant au Sénat, Salah Goudjil, a été l’occasion, affirme-t-on de bonne source, de faire le point de situation au niveau de

2

Actualités 11:00 | 08-12-2019

Emin auto :
«Bouchouareb demandait de l’argent pour régler notre situation»

Les représentants de la société Emin auto font, eux aussi, partie des témoins de la partie civile ayant accablé Bouchouareb et les deux anciens Premiers ministres incarcérés. «Nous avons déposé notre dossier en 2015, témoignent ses