Rubrique
Culture

Selon des éditeurs algériens et sénégalais L’édition africaine commune «très faible»

Publié par R.C
le 11.11.2019 , 11h00
10 lectures

Des éditeurs algériens et sénégalais ont estimé, vendredi, à Alger, que l'édition africaine commune était «très faible», faute d'une importante édition locale. La faible édition locale dans les pays africains est due essentiellement à son apparition récente après l'indépendance et au faible lectorat, ont souligné des éditeurs algériens et sénégalais participant au 24e Salon international du livre d'Alger (Sila 2019). Pour le directeur des éditions Papyrus Afrique, Seydou Nourou Ndiaye, qui a rappelé que l'édition en Afrique était récente puisqu'elle n'est apparue qu'après l'indépendance, la promotion de l'édition africaine commune «doit passer par la promotion de l'édition locale». 
Les éditions Papyrus Afrique ont collaboré avec deux maisons d'édition algériennes privées Apic et Barzakh. Pour sa part, la directrice des Nouvelles éditions africaines du Sénégal, Aminata Sy, a estimé que les salons internationaux du livre «doivent être mis à profit pour promouvoir la coopération dans le domaine de l'édition».
Pour le directeur des éditions Apic, Karim Cheikh, la faible édition en Afrique est due, notamment, au fait que la culture africaine «est en phase de transition de l'oralité vers l'écriture». Il a fait remarquer que son principal objectif à travers l'établissement de partenariats avec les éditeurs sénégalais — faisant allusion aux Papyrus — était de «placer l'auteur algérien dans son environnement africain» et «mettre le livre africain à la portée du lecteur algérien». Pour sa part, Hocine Nouara, directrice d'édition à l'Enag, a évoqué les problèmes de l'édition en Algérie, précisant que les textes juridiques «ne règlent pas les problèmes liés à l'édition, faisant allusion à la loi relative aux activités et au marché du livre, appelant à trouver «une politique stratégique dotée de mécanismes dans le cadre de la politique culturelle générale du pays».  Depuis sa promulgation en 2015, la loi relative aux activités et au marché du livre n'a pas encore été dotée de textes d'application pour sa mise en œuvre.
Le Sénégal a pris part à la 24e édition du Sila en qualité d'invité d'honneur. Il était représenté par 4 maisons d'édition avec quelque 400 titres. Le Sila a pris fin samedi.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 07-12-2019

Bensalah prépare son retour

L’audience accordée jeudi dernier par le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, à son remplaçant au Sénat, Salah Goudjil, a été l’occasion, affirme-t-on de bonne source, de faire le point de situation au niveau de

2

Actualités 11:00 | 08-12-2019

Emin auto :
«Bouchouareb demandait de l’argent pour régler notre situation»

Les représentants de la société Emin auto font, eux aussi, partie des témoins de la partie civile ayant accablé Bouchouareb et les deux anciens Premiers ministres incarcérés. «Nous avons déposé notre dossier en 2015, témoignent ses