Rubrique
Culture

Journée de la tolérance L’Unesco appelle à construire la paix en luttant contre l'intolérance

Publié par R.C
le 19.11.2019 , 11h00
20 lectures

«La tolérance n'a jamais été une vertu aussi vitale», a indiqué la responsable de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) des Nations unies dans son message à l'occasion de la Journée internationale pour la tolérance. 
«La  tolérance, c'est plus que rester les bras croisés ou insensibles aux différences entre les hommes et les femmes, les cultures et les croyances (... mais plutôt) un état d'esprit, une conscience et un impératif», a déclaré Audrey Azoulay, directrice générale de l'agence culturelle des Nations unies.
En 1996, l'Assemblée générale des Nations unies a invité les Etats membres  à célébrer la journée, le 16 novembre de chaque année, afin, entre autres  choses, de favoriser la compréhension mutuelle entre les cultures et les peuples. 
Mme Azoulay a souligné que la tolérance, c'est «réaliser que la diversité  culturelle est une richesse et non un facteur de division». «C'est percevoir que chaque culture, au-delà des différences immédiates ou apparentes, est une composante de l'universalité et parle le langage commun de l'humanité», a-t-elle dit. Citant l'ancien secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, elle a fait valoir que la tolérance est «une vertu qui rend la paix possible».   
Depuis sa création, l'Unesco s'est donnée pour objectif de «construire la  paix en luttant contre l'intolérance qui déchire encore, trop souvent, nos sociétés et en combattant sans relâche toutes les formes de racisme et de discrimination», a affirmé Mme Azoulay, en invitant tout le monde à partager le message de tolérance et de paix de son agence.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 07-12-2019

Bensalah prépare son retour

L’audience accordée jeudi dernier par le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, à son remplaçant au Sénat, Salah Goudjil, a été l’occasion, affirme-t-on de bonne source, de faire le point de situation au niveau de

2

Actualités 11:00 | 08-12-2019

Emin auto :
«Bouchouareb demandait de l’argent pour régler notre situation»

Les représentants de la société Emin auto font, eux aussi, partie des témoins de la partie civile ayant accablé Bouchouareb et les deux anciens Premiers ministres incarcérés. «Nous avons déposé notre dossier en 2015, témoignent ses