Voir Tous
Rubrique
Culture

Littérature Oum Siham, une poétesse engagée pour les bonnes causes, s’en va

Publié par R.C
le 23.01.2021 , 11h00
37 lectures

Oum Siham, une icône de la poésie à Oran, de son vrai nom Amaria Bilal, est décédée lundi soir à l'âge de 82 ans, a appris l’APS mardi de la directrice de la Maison de la culture d'Oran Bakhta-Kouadri.
Femme de lettres et poétesse, Amaria Bilal a fait ses études dans plusieurs villes avant de s'établir à Oran où elle a terminé ses études à la Faculté de lettres et de sciences humaines et obtenu son diplôme en 1973 pour intégrer le secteur de l'éducation nationale comme professeure dans le cycle secondaire jusqu'à sa retraite.
Oum Siham possède une riche bibliographie, notamment des recueils de poèmes comme  Abdjadiat novembre,  Zamane el-hissar,  Zamane el-ouilada,  Ightial el-fadjr,  Chahida âala el-asr,  Filistine, entre autres poèmes glorifiant les actes héroïques des moudjahidine et des chouhada de la glorieuse guerre de Libération nationale et de la lutte du peuple palestinien. La défunte a également tenté l'expérience de l'écriture de nouvelles et produit plusieurs recueils, notamment Erassif El-Beyrouti et  Yaoumiyate Oum Ali, qui ont paru chez l'Entreprise nationale du livre, en plus de ses participations dans les pages culturelles de différents quotidiens nationaux.
Oum Sihem était membre de l'Union des écrivains algériens et de l'Union des écrivains arabes et a obtenu de nombreuses distinctions lors de rencontres littéraires aux niveaux local, national et arabe.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 11-04-2021

Algérie-France
Les dessous d’un report provoqué

C’était contre toute attente que le Premier ministre français, Jean Castex, annonçait, jeudi dans la soirée, « le report » de la visite qu’il devait effectuer aujourd’hui, dimanche, à Alger. Un « report » d’autant plus surprenant qu’il s’agit

2

Périscoop 11:00 | 12-04-2021

Le séjour de Zetchi

Le désormais ex-président de la FAF, Kheïreddine Zetchi, a préféré prendre du recul et fuir la grande pression à laquelle il était soumis depuis quelque temps à Alger. Selon des indiscrétions, l’homme s’offre un séjour dans