Rubrique
Culture

Le coup de bill’art du Soir Quand on n’a que l’amour et la poésie

Publié par Kader Bakou
le 09.03.2019 , 11h00
179 lectures

«Continuez, s’il vous plaît !» dit l’homme au chauffeur de taxi. Au seuil d’un prestigieux hôtel, un jeune homme qui sait qu’il a commis une gaffe monumentale avec une femme décide de rectifier sa bourde. En ville, il achète un gros bouquet de roses. Le voilà maintenant devant la maison de la femme. Visiblement, il est arrivé trop tard. Un homme portant lui aussi un grand bouquet de fleurs est devant la porte. La femme lui ouvre la porte et l’invite à rentrer. «Le gaffeur» cette nuit est silencieux et sans doute triste dans le taxi. Le chauffeur qui a tout vu a tout compris. Lui aussi est silencieux. Il se garde bien de faire des remarques du genre : «Une de perdue, dix de (re)trouvées.» Finalement, le Taxi Driver (c’est un film américain) brise le silence avec une citation tirée d’une célèbre œuvre littéraire mais qui résume bien la situation tout en mettant du baume au cœur. Il ne savait peut- être pas sûr qui il est tombé. Le «cœur brisé» est un passionné de littérature et de poésie. Les deux hommes se lancent dans une discussion passionnée sur la littérature et la poésie, agrémentée de citations d’auteurs célèbres et d’extraits d’œuvres littéraires universelles. Le jeune homme a oublié ses ennuis de cœur. Lui et le chauffeur de taxi lettré qui le ramène vers son hôtel ne parlent maintenant que de la vie et des belles lettres.
K. B.
bakoukader@yahoo.fr
 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 16-05-2019

L’EX-WALI D’ALGER IMPLIQUÉ DANS DES AFFAIRES DE CORRUPTION ?
Zoukh, ce matin chez le juge

Les affaires découlant de l’opération anti-corruption déclenchée depuis la démission de Abdelaziz Bouteflika se poursuivent. Aujourd’hui, c’est au tour de l’ancien wali d’Alger, son fils ainsi que du fils de l’ex-Premier ministre de comparaître devant le juge d’instruction du

2

Périscoop 11:00 | 16-05-2019

Les concessionnaires historiques reviennent

L’effet libérateur du Hirak est aujourd’hui indéniable sur les différents secteurs d’activité. C’est au tour des concessionnaires automobiles historiques qui ont été soit dépossédés de leurs marques, soit complètement