Rubrique
Culture

Edition Sabrinel, nouveau roman de Bouziane Benachour

Publié par R.C
le 09.08.2018 , 11h00
192 lectures

Un nouveau roman, intitulé «Sabrinel», a vu le jour sous la plume de l'écrivain et journaliste Bouziane Benachour, a-t-on  appris lundi à Oran auprès de l'auteur.  Le livre, publié par la maison d'édition Enadar, basée à Oran, porte sur une fiction ayant pour personnage principal Sabrinel, un jeune marginal dans l'attente d'un heureux tournant du destin, a confié M. Benachour à l'APS. Malchanceux en toute entreprise, Sabrinel croit un jour avoir trouvé sa voie en devenant «passeur» aux frontières.  
A peine commence-t-il à profiter de son activité illégale que les autorités des deux pays décident de rouvrir les frontières... Ainsi débute ce nouveau roman de Benachour où s'entrecroisent d'autres histoires avec d'autres personnages aux noms symboliques comme celui de Sabrinel composé de Saber inel (le patient finit par gagner). 
Dramaturge, romancier et journaliste, Bouziane Benachour a, à son actif, plusieurs ouvrages. Ses deux précédents romans sont «Kamar ou le temps abrégé» (Anep, 2016) et «Bientôt finira la peine» (Publibook/France, 2014). 
Dans le registre romancier, il s'était également illustré en 2012 avec Brûlures qui lui valut le Prix Mohamed Dib attribué par la fondation éponyme dédiée à l'illustre écrivain algérien (1920-2003). 
Benachour a, en outre, écrit une dizaine de pièces théâtrales, dont la dernière en date, Habil Soltane (le fou du roi), a été mise en scène par Missoum Medjahri et jouée le 21 mai dernier au Théâtre régional d'Oran Abdelkader-Alloula.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 15-10-2018

ACCUSÉS DE «CORRUPTION ET D’ENRICHISSEMENT ILLICITE»
Cinq généraux-majors en prison

Coup de tonnerre, hier dimanche, avec l’annonce de la mise sous mandat de dépôt de six officiers supérieurs de l’armée, cinq généraux-majors et un colonel, tous

2

Périscoop 11:00 | 15-10-2018

Ce n’est pas encore fini pour la France

Si la France risque de perdre le marché algérien des céréales, par contre elle maintient une certaine «influence» encore. En effet, c’est une entreprise française, en l’occurrence