Rubrique
Culture

Cinéma Synapse de Noureddine Zerrouki au Festival du court-métrage de Nouakchott

Publié par R.C
le 22.10.2019 , 11h00
19 lectures

Le film Synapse, du réalisateur Noureddine Zerrouki, prendra part à la 14e édition du Festival international du court-métrage à Noukachott (Mauritanie), a-t-on appris du réalisateur.
Le réalisateur Zerrouki, natif de la wilaya de Tiaret, a indiqué que son court-métrage muet a été retenu dans la liste des films en compétition pour le prix du Festival de Nouakchott, prévu du 23 au 27 octobre en cours.
Produite par l'association «Cinéma-jeunes» de Tiaret en 2018 avec 34 comédiens pour la première fois, dont le héros du film est Abdelali Ayadi, cette œuvre aborde des phénomènes et des comportements où la communication est absente, empêchant la compréhension. La scène se déroule dans une région lointaine.
Le film Synapse, qui a été présenté en avant-première en décembre 2018 à la maison de la culture Ali-Maâchi de Tiaret, est en lice pour le prix du Festival international du court-métrage de Nouakchott tout comme deux autres œuvres algériennes : je confierai tout à Allah, de Mohamed Benabdallah et Kayen wala makanch, de Abdellah Ghada, aux côtés des films Notre Aïd El Adha, Sénégal, La terre des rêves, Le chant de cigogne, Le chemin des vers, Maroc, Le cadeau, Libye, Joyeux anniversaire, Irak, Le revenant, Mali, Fluvial et marin, Syrie, Couteau et fourchette et Mataâlach ala el hadjeb (Elle ne dépasse par les sourcils), Égypte, Mariage au chardon, Tunisie et La plante de la mort, Niger.
L'artiste algérienne Malika Belbay sera l'invitée d'honneur du festival, selon le site de l'événement qui prévoit plusieurs ateliers liés au cinéma. Le film Synapse avait déjà participé au 8e Festival du film maghrébin à Oujda (Maroc) en juin dernier.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 07-12-2019

Bensalah prépare son retour

L’audience accordée jeudi dernier par le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, à son remplaçant au Sénat, Salah Goudjil, a été l’occasion, affirme-t-on de bonne source, de faire le point de situation au niveau de

2

Actualités 11:00 | 05-12-2019

Sellal au juge :
«J’ai signé sans savoir ce que je signais»

Second arrivé à la barre, Abdelmalek Sellal a répondu à toutes les questions qui lui étaient posées d’une voix inaudible. Contrairement à Ouyahia, son audition a duré moins de temps. Elle a porté sur les avantages accordés aux hommes d’affaires dans l’automobile mais également le financement occulte de la campagne électorale de Abdelaziz Bouteflika.