Voir Tous
Rubrique
Culture

Le coup de bill’art du Soir «T’boula», l’oiseau ?

Publié par Kader Bakou
le 02.12.2019 , 11h00
77 lectures

Dans le jargon algérois, on dit que telle personne a «bouli» son adversaire par son argumentaire. Cela veut dire qu’il l’a fait taire ou lui a «cloué le bec» par son brillant argumentaire qui n’a laissé aucune place au doute. L’origine de cette expression est «artistique», pourrait-on dire. Quand on met deux oiseaux chanteurs, des chardonnerets par exemple, l’un près de l’autre, chacun dans sa cage, ils se mettent à chanter. Mais il arrive parfois que l’un d’eux se tait subitement. On dit alors que «t’boula», car complexé par le talent de son adversaire. 

Peut-être aussi que cet oiseau qui a reconnu le talent de l’autre veut tout simplement apprécier ses chansons et apprendre de lui d’autres mélodies. 
K. B.
[email protected]

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 06:00 | 31-05-2020

L’Algérie, une menace stratégique pour le rêve d’expansion impériale du Makhzen

«Les relations avec le Maroc sont anormales (…), même si les relations entre les deux peuples sont exemplaires.» On doit cette définition en forme d’aphorisme à

2

Actualités 06:00 | 28-05-2020

Polémique sur le traitement à la chloroquine
La réponse par les chiffres de l’Algérie

Face à la polémique qui enfle au sujet de l’usage de la chloroquine dans le traitement des patients atteints de Covid-19, l’Algérie ne