Rubrique
Culture

Le coup de bill’art du Soir «T’boula», l’oiseau ?

Publié par Kader Bakou
le 02.12.2019 , 11h00
74 lectures

Dans le jargon algérois, on dit que telle personne a «bouli» son adversaire par son argumentaire. Cela veut dire qu’il l’a fait taire ou lui a «cloué le bec» par son brillant argumentaire qui n’a laissé aucune place au doute. L’origine de cette expression est «artistique», pourrait-on dire. Quand on met deux oiseaux chanteurs, des chardonnerets par exemple, l’un près de l’autre, chacun dans sa cage, ils se mettent à chanter. Mais il arrive parfois que l’un d’eux se tait subitement. On dit alors que «t’boula», car complexé par le talent de son adversaire. 

Peut-être aussi que cet oiseau qui a reconnu le talent de l’autre veut tout simplement apprécier ses chansons et apprendre de lui d’autres mélodies. 
K. B.
bakoukader@yahoo.fr

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Périscoop 11:00 | 07-12-2019

Bensalah prépare son retour

L’audience accordée jeudi dernier par le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, à son remplaçant au Sénat, Salah Goudjil, a été l’occasion, affirme-t-on de bonne source, de faire le point de situation au niveau de

2

Actualités 11:00 | 08-12-2019

Emin auto :
«Bouchouareb demandait de l’argent pour régler notre situation»

Les représentants de la société Emin auto font, eux aussi, partie des témoins de la partie civile ayant accablé Bouchouareb et les deux anciens Premiers ministres incarcérés. «Nous avons déposé notre dossier en 2015, témoignent ses