Rubrique
Culture

LE COUP DE BILL’ART DU SOIR Thella ya Djamel !

Publié par Kader Bakou
le 22.09.2018 , 11h00
225 lectures

Djamel Allam, Idir, Chenoud et, plus tard, Takfarinas, ont contribué à «déghettoïser» la chanson kabyle dans les années 1970 en lui donnant une dimension nationale et parfois internationale comme avec A vava Inouva, reprise dans plusieurs langues, notamment en français. Séduits par les rythmes, les belles mélodies et surtout par les instruments modernes et les arrangements musicaux, des Algériens arabophones qui ne comprenaient pas le kabyle ont commencé alors à écouter et acheter des disques d’artistes «berbérophones ». Souvent, d’ailleurs, les titres des chansons sont involontairement déformés ou «arabisés». Chenoud hamleghkem par exemple est devenue «Chenoud ham lahlou». Beaucoup croyaient aussi que le titre de Thella, un des plus grands succès de Djamel Allam, était Fella. Lors de la présentation de l’album Gouraya à la salle Frantz-Fanon à Alger, Allam avait d’ailleurs fait remarquer que quand les gens lui disaient qu’ils aimaient «la chanson Fella», il ne les corrigeait pas tellement il s’était habitué à les entendre l’appeler ainsi. La contribution de la chanson à la préservation de la culture amazighe est certainement sous-estimée.
K. B

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 15-10-2018

ACCUSÉS DE «CORRUPTION ET D’ENRICHISSEMENT ILLICITE»
Cinq généraux-majors en prison

Coup de tonnerre, hier dimanche, avec l’annonce de la mise sous mandat de dépôt de six officiers supérieurs de l’armée, cinq généraux-majors et un colonel, tous

2

Périscoop 11:00 | 15-10-2018

Ce n’est pas encore fini pour la France

Si la France risque de perdre le marché algérien des céréales, par contre elle maintient une certaine «influence» encore. En effet, c’est une entreprise française, en l’occurrence