Rubrique
Été 2018

Guelma Les vacances d’été, l’autre préoccupation des familles à revenu modeste

Publié par Noureddine Guergour
le 24.07.2018 , 11h00
405 lectures
Certains Guelmis partent en vacances en dépensant sans trop compter, mais chez bon nombre de familles de Guelma qui ne sont plus tout à fait démunies et pas encore vraiment aisées, un étrange phénomène se produit à l’approche de l’été.
Plane l’idée de passer des vacances «quel que soit le prix». Et si c’était le cas ? Elles auront du mal à boucler leur budget mensuel familial, voire pire, s’endetter jusqu’au cou. Alors, certains parents déploient des astuces pour convaincre ou tromper «les prêteurs», ils les attrapent au lasso avec des «calculs» pour justifier ces dépenses.
Recourir à l’emprunt pour partir en vacances s'avère en effet être une pratique très répandue ces derniers temps, chez les familles de Guelma. A commencer par ceux qui cherchent à se faire valoir. Dans cette cité, plus de la moitié déclarent recourir au crédit pour financer leurs vacances. Il s’agit généralement d’emprunt sans formalisme et qui est donc, le plus souvent source de brouilles au sein d'une famille, entre amis et entre collègues de travail.
Faut-il rappeler à ces gens qu’il serait préférable de contracter des crédits pour faire face à un coup dur, à financer l'achat d'un appartement ou pour démarrer un projet professionnel, plutôt que des biens et services de consommation courante. La crise ne semble pas affecter les « juillettistes ou aoûtiens » de Guelma, toujours assez nombreux, avec des réservations pour la Turquie, la Tunisie…, selon des gérants locaux d’entreprises de tourisme. La période la plus achalandée de l'année s'amorce donc pour les agences de voyages de Guelma.
A l'heure où les familles à revenu modeste sont appelées à se serrer la ceinture, notre source révèle que plus de la moitié des clients dépensent plus que leurs moyens pour partir en vacances. «Ces familles vivent en déphasage avec leurs réalités», une donnée qui ne peut surprendre personne, étant donné que l'endettement chez la classe moyenne atteint des sommets. Il suffit de faire un tour dans les agences de voyage de la ville, dans les supérettes, Mahouna, Oasis Mall, Agabi… et vous serez pris de tournis.
Il est temps de revenir à la raison, de prendre conscience et de changer ces comportements que l’on finit, tôt ou tard, par regretter. En définitive, chez certaines familles modestes de Guelma, «on vit au-dessus de ses moyens, et on dépense de l'argent que l'on ne possède pas !» nous déclare une sociologue d’une entreprise privée. «…Chez ces gens-là, on ne vit pas, monsieur, on ne vit pas, on triche», dixit Brel.
Noureddine Guergour

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 15-11-2018

FLN
Ould-Abbès passe la main

Le secrétaire général du Front de libération nationale, Djamel Ould-Abbès, a été victime d’une attaque cardiaque, dans la matinée d’hier, qui avait nécessité son évacuation à l’hôpital militaire de Aïn Naâdja, à Alger. Immédiatement pris en charge, il a quitté l’hôpital, en fin de matinée,

2

Périscoop 11:00 | 13-11-2018

Le retour de Gemalto

Jusqu’ici, la carte à puce d’Algérie Poste était fabriquée par une entreprise algérienne. Désormais, la puce, élément essentiel de cette carte, va être produite par une entreprise étrangère, en l’occurrence

3

Pousse avec eux 11:00 | 13-11-2018

La jungle en folie !

4

Soit dit en passant 11:00 | 15-11-2018

Jihad, Islam, Oussama, Saddam…(1)

5

Périscoop 11:00 | 14-11-2018

Par la force publique