Rubrique
Faits divers

Elles étaient dans une fête de mariage 47 personnes intoxiquées à Souk-el-Khemis

Publié par Yazid Yahiaoui
le 06.09.2018 , 11h00
483 lectures

Mardi aux environs de 20 heures, 47 personnes ont été admises aux urgences de la polyclinique de Souk-El-Khemis. 
D’après le directeur de la polyclinique qui intervenait hier, sur les ondes de Radio Bouira, toutes ces personnes — 35 de Souk-El-Khemis et 12 de la commune limitrophe de Khabouzia — étaient invitées à une fête de mariage et venaient de prendre des gâteaux et quelques minutes plus tard, elles ont été prises du même malaise avec maux de tête, vomissements et pour d’autres des nausées. 
Evacuées vers la polyclinique la plus proche, qui est située dans la commune et daïra de Souk-El-Khemis, à 40 kilomètres à l’ouest de Bouira, les personnes admises ont été toutes prises en charge sur place, alors que les équipes médicales du service prévention de la DSP de Bouira, informées de cet incident, se sont rapidement déplacées sur les lieux. 
D’après le directeur de la polyclinique, des échantillons ont été envoyés à l’Institut Pasteur pour effectuer des tests alors que tous les patients qui ont été admis, ont quitté la polyclinique durant la même soirée. Elles seraient vraisemblablement victimes d’une intoxication alimentaire de moindre degré. 
Finalement, plus de peur que de mal, surtout quand on sait que la région vit un état de psychose depuis que des cas confirmés de l’épidémie de choléra avaient été diagnostiqués dans la commune voisine, à Raouraoua. 
Y. Y.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 11-11-2018

ANP
Vers la fin du cumul des fonctions au sein de l’armée

C’est sur instruction personnelle directe de Abdelaziz Bouteflika que les cinq généraux-majors et le colonel des services, détenus depuis le 14 octobre à la prison militaire de Blida, ont été libérés le 5 novembre

2

Actualités 11:00 | 10-11-2018

AUDITIONNÉ À TROIS REPRISES PAR LE JUGE D’INSTRUCTION
Comment se défend «El-Bouchi»

Au tribunal de Sidi-M’hamed d’Alger, les apparitions de Kamel El-Bouchi, de son vrai nom Kamel Chikhi, ne font plus l’évènement. Même le dispositif mis en place aux alentours de la bâtisse se fait désormais plus léger qu’à l’habitude et attire, par conséquent, beaucoup moins le regard