Rubrique
Faits divers

Bordj-Émir-Khaled (Aïn Defla) Encore une noyade dans un bassin d'irrigation

Publié par LSA
le 11.07.2018 , 11h00
67 lectures

Hier, aux environs de 11h du matin, un jeune homme âgé de 32 ans s’est noyé dans un bassin d'irrigation situé dans un hameau dans la fraction des Kouassah, à quelque 9 km à l'ouest du chef-lieu de la commune Bordj-Emir-Khaled en allant vers Djelida.
Selon des informations locales, le jeune homme serait un handicapé moteur. Dans quelles circonstances s’est-il noyé ? Il appartient à la brigade locale de la gendarmerie qui a ouvert une enquête de les déterminer.
Le défunt a été repêché par les spécialistes de la Protection civile de l'Unité principale de Aïn Defla et sa dépouille a été déposée à la morgue de l'hôpital de Khemis-Miliana.
A noter qu'il s'agit de la 60e intervention cette année de l'équipe de nageurs de la Protection civile à l'issue desquelles deux personnes ont pu être sauvées tandis que 5 autres ont péri noyées dans des plans d'eau principalement durant la période estivale par des temps de canicule.
 
Khemis Miliana
Un sexagénaire meurt électrocuté

Hier, vers 13h 30, un homme âgé de 60 ans qui se trouvait sur la terrasse de son habitation sise Hay-Cherchali, à proximité du pont de chemin de Fer qui enjambe la R N 4 B, en contact d'un câble électrique, reçut une décharge de courant qui l'a foudroyé, le tuant sur le coup.
Sa dépouille a été évacuée à la morgue de l'hôpital de la ville.
Karim O.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Soit dit en passant 11:00 | 20-09-2018

Tous ont combattu ! Qui a trahi ?

Est-ce que l’une ou l’un d’entre vous comprend par quel miracle l’Algérie continue à nous

2

Actualités 11:00 | 22-09-2018

ALGER-PARIS
Nouvelles tensions diplomatiques

Irritée par les comportements de Paris, Alger a, à l'évidence, décidé de ne plus rester les bras croisés. Entre les deux capitales, la tension est désormais très perceptible, et l'Algérie est quant à elle bien décidée à crever l'abcès lors de la réunion de la Comefa qui