Rubrique
Faits divers

MOSTAGANEM Le corps de l’enfant porté disparu en mer repêché

Publié par Abder Bensadok
le 18.08.2018 , 11h00
392 lectures

Agé de 4 ans, le jeune enfant originaire de la localité de Boukadir, dans la wilaya de Chlef, s’est noyé mercredi aux environs de 20h30. Malgré l’important dispositif de recherches déployé par les maîtres nageurs de la protection civile l’enfant restait introuvable.
Les secours ont dû renoncer à la tombée de la nuit de ce mercredi 15 août. 
Le drame s’est produit tout près de la plage de Chaâbiya, un endroit paradisiaque bien connu des touristes et des locaux mais interdit à la baignade dans la localité de Benabdelmalek-Ramdane. Néanmoins, dès le lendemain, le jeudi, les plongeurs ont continué leur recherche afin de récupérer le corps du jeune garçonnet, et après d’intenses recherches son corps a été retrouvé en début d’après-midi vers 13h30. 
La dépouille du petit garçon a été transportée au service de la médecine légale de l’hôpital de Sidi-Ali. 
Selon les témoignages, le garçon se trouvait sous la garde de ses parents lorsqu’il a échappé à leur vigilance. La plus grande prudence reste de mise en bord de mer surtout pour les plus jeunes. 
La gendarmerie a ouvert une enquête afin de déterminer les circonstances de cette mort et le cas échéant, les niveaux de responsabilité de ses parents qui le surveillaient.
A. B.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Actualités 11:00 | 15-09-2018

Exportation de gaz
Vers la fermeture du gazoduc traversant le Maroc

Un «48 pouces» reliera El Aricha à Béni Saf, soit du point de jonction de la partie algérienne du gazoduc Maghreb-Europe à celle marocaine, à l’autre gazoduc transportant le gaz algérien vers l’Espagne à savoir le Medgaz. Ce qui laisse supposer la fermeture de ce gazoduc traversant le Royaume chérifien.

2

Périscoop 11:00 | 15-09-2018

Un recrutement surprise chez Bouhadja !

Le président de l’APN, Saïd Bouhadja, en a surpris plus d’un en recrutant, dans son cabinet, le fils d’un ancien chef du gouvernement. Un recrutement pas du tout «apprécié» par l’entourage de Bouteflika qui se méfiait