Rubrique
Faits divers

INTOXICATIONS À MILIANA Une centaine de personnes atteintes

Publié par Karim. O.
le 08.09.2018 , 11h00
898 lectures

Lundi dernier, en fin d'après-midi, des dizaines de personnes souffrant de douleurs abdominales, de fièvre, de vomissements et de diarrhées ont commencé à affluer vers l'hôpital Farès-Yahia de Miliana, venant de la commune voisine de Miliana, du centre-ville de Miliana et des quartiers en contrebas, Zougala et Sidi Sbaâ.
Face au nombre croissant de nouveaux patients présentant le même tableau clinique, les responsables de l'EPH, le DSP, l'épidémiologiste le Dr Khaled Azizou et le Dr Hcène Kerbadj, chef du service d'infectiologie, ont mobilisé tous les moyens humains et matériels pour la prise en charge des patients dont le nombre a atteint, lundi, 31 cas dont 14 ont été hospitalisés auxquels sont venus s'ajouter 47 cas dont 12 hospitalisés, soit au total 78 cas selon les chiffres communiqués par la Direction du commerce. Cependant, une source hospitalière évoque le chiffre d'une centaine de cas.
L'enquête ouverte immédiatement tant par le bureau d'hygiène de l'APC que par le directeur du commerce, a révélé que toutes les personnes atteintes ont consommé des gâteaux (millefeuilles, croissants fourrés) achetés dans une pâtisserie sise au boulevard Emir-Abdelkader, commerce exploité par un locataire, le nommé A. K.
Selon les informations que nous avons recueillies sur place, dès que l'alerte a été donnée, le patissier a baissé le rideau et qu'il a fallu recourir à des mesures coercitives pour ouvrir le local et procéder aux vérifications. Le directeur du commerce qui s'est rendu sur les lieux à la tête d'une de ses équipes indique qu'il a procédé à la saisie de 215 kg de pâtisserie que le commerçant s'apprêtait à continuer à vendre. Ce même responsable indique que ses services ont procédé à deux reprises à des contrôles, le 23 février 2017 et le 18 juillet 2017, et à chaque fois, il a été constaté des manquements graves à l'hygiène et à la salubrité de l'atelier. Il ajoute que le commerçant a été traduit en justice et condamné à des amendes, mais que le pâtisser impénitent n'a pas fait cas des peines infligées.
Le responsable du bureau d'hygiène de l'APC, un élu, interrogé, a déclaré que lui et son équipe sont mobilisés 24 h sur 24. Si tel est le cas, comment ce commerçant récidiviste a pu continuer à commercialiser des produits contaminés ?
Selon les médecins de l'hôpital, de la centaine de patients contaminés par la bactérie connue sous le nom de salmonelle, soupçonnée être à l'origine de l'intoxication collective dont le bouillon de culture préférentiel est le lait, la grande majorité a quitté l'hôpital et il n'en restait que 14 jeudi en milieu de journée, encore sous traitement et sous surveillance. Leur état, heureusement, n'inspire pas d'inquiétude et leur état de santé s'améliore progressivement. On espère qu'ils quitteront l'hôpital très prochainement. Toutefois, toujours selon le tableau clinique de ces patients, la salmonelle est désignée comme agent pathogène de cette endémie. Des prélèvements ont été envoyés à l'Institut Pasteur qui doit identifier formellement la bactérie incriminée.
Par mesure conservatoire, un arrêté de fermeture d'une durée de 15 jours a été prononcé en attendant les conclusions de l'enquête.
On rappellera que dans la nuit du lundi au mardi 26 juin, cette fois à El Amra, lors d’une fête de fiançailles, 30 personnes ont été victimes d'une intoxication alimentaire après avoir, là aussi, consommé des parts d'une pièce montée ramenée pour la circonstance par la famille du fiancé. L'intoxication a fait des victimes dans les deux familles.
Karim O.

 

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Soit dit en passant 11:00 | 20-09-2018

Tous ont combattu ! Qui a trahi ?

Est-ce que l’une ou l’un d’entre vous comprend par quel miracle l’Algérie continue à nous

2

Actualités 11:00 | 22-09-2018

ALGER-PARIS
Nouvelles tensions diplomatiques

Irritée par les comportements de Paris, Alger a, à l'évidence, décidé de ne plus rester les bras croisés. Entre les deux capitales, la tension est désormais très perceptible, et l'Algérie est quant à elle bien décidée à crever l'abcès lors de la réunion de la Comefa qui