Rubrique
Faits divers

Aïn Tarik/Relizane Une personne arrêtée pour irrigation avec des eaux usées

Publié par A. Rahmane
le 16.06.2019 , 11h00
269 lectures

Les éléments de la gendarmerie nationale d’Aïn Tarik ont lancé une opération de contrôle qui s'est soldée par la saisie des pompes et la destruction des parcelles de culture, suite à la découverte d’une exploitation agricole irriguée avec des eaux usées dans la commune d’Aïn Tarik, au sud de Relizane. 
Les éléments de la gendarmerie ont détruit la parcelle qui totalise près de deux hectares entre tomate, piment vert et melon, selon un communiqué rendu public hier par la cellule de communication relevant du groupement de gendarmerie de wilaya de Relizane. 
Cette destruction a ciblé les parcelles agricoles situées le long des deux rives de l'oued de la région, où ce moyen de pompage des eaux usées est devenu un usage des plus fréquents sans la moindre inquiétude par certains fellahs qui irriguaient de vastes champs de tomates et de courgettes. 
Cette lutte contre l'irrigation des cultures avec les eaux usées va se poursuivre et se renouveler avec la mobilisation d'un parc d'engins pour procéder à la destruction des cultures touchées. La première opération a permis la saisie d’une motopompe puissante, des tubes en PVC pour la conduite des eaux usées vers les champs agricoles.  Les fellahs, auteurs de cette pratique illicite, ont été arrêtés et traduits en justice pour effraction d'un arrêté du wali, toujours en vigueur et la nuisance à la santé du consommateur. 
A.Rahmane

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 11:00 | 16-11-2019

Comité de campagne d’Abdelmadjid Tebboune
Abdallah Baali démissionnaire ?

L’information s’est répandue telle une traînée de poudre dès jeudi : Abdallah Baali, le directeur de campagne d’Abdelmadjid Tebboune, aurait décidé de claquer la porte suite à des divergences avec le

2

Constances 11:00 | 13-11-2019

D’où viennent les devises ? Du Square, pardi !

La Banque d’Algérie et le ministère des Finances devraient d’abord régler leurs violons. Ce n’est pas