Voir Tous
Rubrique
Femme Magazine

PARENTS A quel âge se vit le complexe d’œdipe ?

Publié par LSA
le 17.10.2019 , 11h00
534 lectures

C’est entre 3 et 5 ans que l’on pourrait observer ce complexe. Il s’évapore dès 6 ou 7 ans. A la puberté, le complexe d’œdipe serait réactivé. L’adolescent réagit alors en prenant de la distance par rapport à ses parents afin de ne pas y être confronté de manière trop brutale.

Complexe d’œdipe, comment réagir ?
Le rôle des parents est essentiel. Pour que l’enfant refoule son œdipe, les parents doivent l’aider. Quand un petit garçon veut dormir dans le lit avec sa maman et en chasser son papa, c’est aux parents de dire «non, ce n’est pas possible, une femme dort avec son mari». Quand une petite fille dit à son papa : «Plus tard, je me marierai avec toi», c’est aux parents de dire : «Non, ton papa a déjà une femme. Il ne pourra jamais se marier avec toi. Toi, tu trouveras un mari rien que pour toi...» Ces réactions parentales sont des tuteurs de développement pour l’enfant. Si les parents ne fixent pas ces règles, ces limites, l’enfant peut avoir le sentiment que son désir est maître. Au lieu de le refouler et de se construire, il se construira sans limites sur ses désirs, ce qui risque de devenir pathologique...

 

A savoir
Il n’a jamais été possible de concevoir une étude scientifique permettant d’objectiver l’existence du complexe d’œdipe. Ce complexe garde donc sa nature spéculative. Protéger l’intimité des couples et l’interdire à l’enfant reste néanmoins une pratique saine approuvée par tous les psychothérapeutes.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Actualités 06:00 | 31-05-2020

L’Algérie, une menace stratégique pour le rêve d’expansion impériale du Makhzen

«Les relations avec le Maroc sont anormales (…), même si les relations entre les deux peuples sont exemplaires.» On doit cette définition en forme d’aphorisme à

2

Actualités 06:00 | 01-06-2020

LA MESURE CONCERNE LES AFFAIRES DE CORRUPTION DÉFINITIVEMENT JUGÉES
Les biens saisis seront vendus aux enchères

L’Algérie s’apprête à enclencher officiellement le processus de récupération de l’argent détourné par d’anciens hauts responsables impliqués dans des affaires de corruption. Dans cette première étape, le recouvrement doit atteindre les 13 milliards de DA. Cette somme équivaut au montant évalué des deniers dilapidés uniquement par