Placeholder

Rubrique Info en continu

RDC La MONUSCO dénonce les attaques contre des membres de son personnel à Kinshasa

La cheffe de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO), Bintou Keita, a dénoncé samedi les attaques contre des membres du personnel de la Mission dans la capitale Kinshasa suite à une protestation contre le silence de la communauté internationale sur la situation sécuritaire dans l'est du pays.

"Les attaques contre la MONUSCO impactent négativement notre appui aux FARDC (Forces armées de la RDC). Je rappelle que les violences contre le personnel de la MONUSCO peuvent constituer un crime de guerre", a déclaré Bintou Keita.

Ces derniers jours, plusieurs manifestations ont été convoquées par les jeunes habitants de Kinshasa pour protester contre le silence de la communauté internationale face à l'agression de la rébellion du Mouvement du 23 mars (M23) dans l'est du pays.

Dans la journée de samedi, une centaine de manifestants sont descendus sur le boulevard principal de Kinshasa pour dénoncer la situation en cours dans la province du Nord-Kivu (est).

Des véhicules diplomatiques et des membres du personnel de l'ONU ont également fait ob jet des attaques de la part des manifestants à Kinshasa, rappellent des observateurs.

Depuis quelques semaines, les combats font rages entre les rebelles du M23 et l'armée congolaise dans la province du Nord-Kivu, plus précisément dans les territoires de Masisi et de Rutshuru.

Lors de sa visite jeudi à Goma, le vice-Premier ministre en charge de la Défense nationale Jean-Pierre Bemba a rassuré la population de Saké que le gouvernement a tout mis en œuvre pour que cette cité et la ville de Goma (chef-lieu du Nord-Kivu) ne tombent pas entre les mains des rebelles du M23.(APS)

Placeholder

Multimédia

Plus

Placeholder