Rubrique
Haltes Estivales

Y a le téléphone qui sonne...

Publié par Maâmar Farah
le 09.08.2018 , 11h00
1752 lectures

Il arrive souvent que j'entende ce genre de questionnements émanant de jeunes gens : «Comment faisiez-vous avant le téléphone portable ?» Nous faisions simplement comme tous les humains de la planète. Le téléphone ne comptait pas beaucoup dans notre vie quotidienne. Il ne jouait pas le rôle qu'il joue aujourd'hui. C'était un simple moyen de communication cantonné au domicile ou au lieu de travail. On l'utilisait pour donner de nos nouvelles aux parents ou en recevoir et aussi pour le boulot. C'était un précieux outil de travail pour les reporters que nous étions. Souvent, dans les zones isolées, les liaisons n'étaient pas directes, passant obligatoirement par le bureau de poste local. Pour avoir le journal à Alger, il fallait patienter et comme le temps s'écoulait lentement dans ces coins perdus et qu'il n'y avait rien à faire que d'attendre, l'exercice était éprouvant. Passe encore quand l'attente se faisait dans un bistrot et que les discussions s'animaient autour des prouesses des moudjahidine locaux ou du prochain derby avec le village voisin. Parfois, le standardiste nous rappelait pour nous dire de patienter encore quelques minutes. Alger va finir par répondre ! Et Alger répond enfin, sauf qu'une autre épreuve commençait ! 
Nous devions dicter nos articles à des secrétaires sténodactylos qui utilisaient un langage spécial, tout en abrégé, pour raccourcir le temps de la communication. Ensuite, elles devaient taper le texte et le présenter au chef de rubrique qui le transmettra au secrétaire de rédaction chargé de la page, lequel l'envoie à l'imprimerie aussitôt l'opération de calibrage, de titrage et d'ajout de photos terminée.  On imagine le temps que prend tout ce processus. Et comme les communications téléphoniques ne brillaient pas par leur qualité, il faut aussi prendre en compte les coupures, les mots mal compris par les sténos, les répétitions, etc.  Quand on terminait la dictée d'un article, on avait le torticolis à force de coincer le combiné entre l'oreille et l'épaule et on n'avait envie que d'une chose : s'allonger quelques minutes pour récupérer ! Reporter était un métier physique parce qu'il fallait bouger, parcourir des sentiers infréquentables, grimper des montagnes, courir, sauter, se lever au chant du coq et dormir très tard mais aussi par rapport au supplice du téléphone ! 
Quand je vois le reporter d'aujourd'hui tapoter sur le clavier d'un smartphone puis cliquez sur «Envoyer» et passer rapidement à autre chose, je me dis que même dans les rêves les plus fous, on n'imaginait pas de telles facilités ! Et c'est encore plus spectaculaire pour la photo. Tu cadres la scène, tu appuies sur un bouton, puis l'inévitable «Envoyer» et voilà la photo chez la rédaction. 
Dans le temps,  le réglage de l'appareil photo prenait un temps fou car il fallait calculer tous les paramètres avant de prendre l'instantané. Ensuite,  il fallait dénicher un coin obscur pour développer la pellicule et tirer les photos sur papier. Début d'une autre épreuve : comment envoyer ces documents à Alger ? Pour les visites présidentielles et quand nous nous trouvions loin d'Alger, un avion militaire récupérait les photos des quelques quotidiens présents pour les acheminer jusqu'à l'aéroport de Dar-el-Beïda. Quelques fois, comme pour le Tour cycliste, nous prenions la Bélino, une immense valise dotée de la capacité d'envoyer les photos vers un autre appareil du même genre situé à la rédaction centrale. Sauf qu'il fallait dénicher une prise spéciale se trouvant à la poste centrale de la wilaya ! 
Les changements technologiques intervenus au cours des dernières décennies ont été si importants, si nombreux, si fulgurants qu'on n'a pas le temps de les assimiler, d'en cerner tous les aspects et surtout d'éviter une addiction dont les conséquences sont destructrices surtout au niveau des jeunes.  
L'humanité a mis des millénaires pour connaître l'électricité, le son et l'image enregistrés, les télécommunications, l'avion, mais dès la deuxième moitié du XXe siècle, tout s'est emballé ! A titre d'exemple, notre génération a connu l'âge d'or du disque vinyle avant de s'émerveiller devant le disque laser, très vite détrôné par le DVD lequel est supplanté par le Blueray et les clés USB de nouvelle génération ainsi que les disques durs aux volumes démesurés !  Et puis, plongée dans le tout virtuel: on n'a plus besoin de matériel réel, visible,  palpable pour emmagasiner dossiers, écrits, images, sons et vidéos ! C'est l'ère du stockage immatériel, du Cloud ! De très nombreuses générations n'ont rien connu avant les grandes inventions du début du siècle et en une seule génération, la technologie a fait des pas de géant. 
Tout va très vite mais si, pour les jeunes, ces inventions en série sont «normales», il nous arrive souvent de nous arrêter pour mesurer le chemin parcouru mais aussi pour nous interroger sur le futur. Ce faisant, nous ne pouvons pas oublier que cet appareil qui nous sert à communiquer avec autrui tout en voyant notre interlocuteur en direct grâce à la 4G, faisait partie, il n'y a pas longtemps, des rêves insensés de l'humanité. 
Le grand avantage de la science-fiction est souvent de nous familiariser avec des outils qui nous semblent, sur le moment, impossibles à inventer réellement. Et puis, un jour, nous les avons entre les mains. Oui, ce smartphone qui me renvoie la vidéo de quelqu'un qui parle en direct ressemble étrangement à ces talkie-walkies sophistiqués utilisés par les héros de Cosmos 1999 ou Star Trek ! De Jules Verne aux derniers scénaristes d'Hollywood, des femmes et des hommes ont raconté des histoires invraisemblables sur notre futur mais, parce qu'ils n'ont pas dit n'importe quoi, parce qu'ils se sont appuyés sur les connaissances scientifiques de leurs époques, y ajoutant un esprit imaginatif trempé de certitudes et d'espoir en la capacité de l'homme à innover, à aller de l'avant, ils ont vu le futur tel qu'il sera. Ils ont vu notre présent sans grosses erreurs. 
Aujourd'hui même, de nouvelles tendances apparaissent et elles arrivent si soudainement qu'elles brusquent nos habitudes. Le signal vient presque toujours des Etats-Unis. Ce n'est pas nouveau mais la mondialisation a raccourci les délais et élargi la sphère de propagation. Revenons toujours au smartphone.  Alors qu'à ses débuts, le téléphone portable n'avait pour fonction que de porter la voix sans recourir à des fils, le voilà qui joue le rôle d'un ordinateur et pas seulement. 
C'est un outil pour écouter de la musique et voir des films. Maintenant,  grâce à la 4G et bientôt la 5G, on peut voir des matchs en direct ou suivre le voyage d'un ami sans rien perdre de la beauté des paysages et des gestes de son interlocuteur ! Mais le succès de YouTube montre à l'évidence que les petites séquences filmées représentent la matière la plus recherchée par les jeunes, début d'une nouvelle ère de l'image où la télévision perdra tout son impact. Si le cinéma résiste dans le monde grâce à des fictions de plus en plus spectaculaires utilisant les dernières technologies en matière d'image, de son et d'effets spéciaux, la télévision familiale ne tiendra pas longtemps face à la concurrence de YouTube qui l'a déjà détrônée en certains endroits ! 
Grâce aux réseaux sociaux qui leur permettent de partager en quelques secondes les contenus les plus attractifs, les adolescents n'ont d'yeux que pour ces nouveaux médias et un long métrage à la TV leur semblera bien long et ennuyeux ! Ils recherchent désormais l'humour, l'insolite et les scènes extravagantes sur Internet, le tout en quelques minutes. N'oublions pas que leur époque est celle de la rapidité ! En tout ! 
Qu'il est loin le temps où le téléphone trônait sur les guéridons et les cheminées, n'intervenant dans la vie des humains qu'épisodiquement. Aujourd'hui, une réunion au salon familial peut se dérouler des heures entières sans aucun échange ! Chacun des membres étant branché sur son smartphone, on peut dire que le téléphone est non seulement au centre de tout mais que sa toute puissance est en train d'asseoir un nouveau monde où le réel recule de jour en jour au profit du virtuel... 
Et c'est notre futur qui commence à se dessiner avec les nouvelles tendances de la réalité augmentée... Jusqu'où irions-nous ? Mélenchon a présidé plusieurs meetings en différents endroits au même moment ! Dans les studios de telle émission sportive, un joueur, présent sur le plateau, est interviewé. Il vient de participer à un match se déroulant à des milliers de kilomètres ! La téléportation ne sera pas physique. Elle est virtuelle et, bientôt, une touche du téléphone vous permettra de discuter avec quelqu'un que vous venez d'appeler et qui sera assis en face de vous... 
M. F. 

PS : Article écrit à 16:40, mercredi 8 août 2018 sur Oppo A37f.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires

(*) Période 30 derniers jours

1

Périscoop 11:00 | 12-12-2018

Le local de Chikhi «le Boucher» et la banque privée

Une banque privée occupe un grand local situé à côté du stade Benhaddad de Kouba. Ce local appartient à... Kamel Chikhi. Jusqu’ici, on ignore si ce bien a été répertorié par la justice pour

2

Actualités 11:00 | 10-12-2018

Présidentielle 2019
Le communiqué déroutant de la coalition

L’instance de coordination de la coalition présidentielle, que composent les quatre partis que sont le Front de libération nationale, le Rassemblement national démocratique, le Mouvement populaire algérien et le parti TAJ, a tenu, hier, au siège du RND à Alger, sa deuxième réunion depuis la création